Patrimoine Millavois : La Maison du Peuple (4e partie)

De salle de spectacle en salle polyvalente

Depuis plus de 70 ans, la Maison du Peuple fut toute dédiée au service des Millavois, mais elle accusait quelques signes de fatigue. Après une étude sérieuse et approfondie, un programme de rénovation intérieur de la salle fut soumis. Le conseil municipal de Millau vota le projet le 28 juin 1974, et les travaux furent entrepris le 17 septembre 1974. Au programme, pour donner allure et confort, il fallut démolir dans du vieux, supprimer certains piliers porteurs sans pourtant mettre en cause la solidité de l’édifice.

L’ancienne salle de la Maison du Peuple. ©DR

Dix-huit semaines de travaux ininterrompus furent nécessaires pour mener à bien cette entreprise et le 31 janvier 1975, la nouvelle salle était officiellement inaugurée par M. le Docteur Gabriac, député-maire de la ville.

Les réaménagements de la nouvelle scène. ©DR

En 1998, le maire de Millau Jacques Godfrain lance un nouveau projet de réhabilitation de la Maison du Peuple. Avec Christophe Saint-Pierre alors élu en charge de la culture à la ville, il sollicite le soutien de la Direction Régionale des Affaires culturelles et les meilleurs architectes et techniciens.

L’architecte montpelliérain Jean-Louis Michel remporte le concours. Il dessine un projet ambitieux qui prend en compte la nécessité de créer une salle de spectacle pour le Sud-Aveyron. En 2001 sera signée la convention de développement culturel avec l’Etat, et le projet définitif était sur les rails.

Vers un « Théâtre de la Maison du Peuple »

Respectant le parcellaire existant, la nouvelle Maison du Peuple conservera la façade du bâtiment tel que l’avait conçu E. Lacure en 1903. Elle se présentera comme un voile de verre et de métal reposant sur un socle de pierre ocre.

Les travaux commenceront le 14 février 2005 et l’inauguration de la nouvelle Maison du Peuple aura lieu 18 mois plus tard.

En mai 2005, les gradins, où près de 500 spectateurs pourront prendre place, sont bien avancés. Les fauteuils commandés par la ville seront reliés à un système de climatisation par le sol alimenté par une soufflerie sans aucune nuisance sonore ni refoulement.

La scène, de 15 mètres d’ouverture sur 10 m de profondeur sera, selon Jean-Marie Doat, idéale pour « accueillir de grands spectacles de danse, de théâtre ou d’opéra… ».

L’entrée des décors se fera par le boulevard Saint-Antoine où l’espace a été spécialement étudié pour permettre aux camions de manœuvrer.

Le public accédera pour sa part à la Maison du Peuple par la rue Pasteur.

Fin juillet 2005, la société BTP 12 a procédé à l’installation des murs en béton lisse qui ont, entre autres particularités, celle d’avoir été préfabriqués.

26 juillet 2005 ©DR

Le 31 janvier 2006, la majeure partie des travaux est terminée.

Au cours de la commission culture du 11 mai 2006, Christophe Saint-Pierre évoque les noms à donner aux cinq espaces de la Maison du Peuple. Il est rappelé que le nom de Léopold Sedar Senghor (1906-2001) poète écrivain a fait l’unanimité pour la grande salle et que ce choix a été acté le 26 avril 2006. Le nom d’Etienne Lacure (1850-1921), proposé par Georges Girard, recueille l’ensemble des avis pour la Galerie d’exposition adjacente à la Salle.

Pour le studio, les membres de la commission se mettent d’accord sur Martha Graham (1894-1991), danseuse et chorégraphe américaine qui est reconnue comme l’une des plus grandes innovatrices de la danse moderne.

Jacques Cros-Saussol souhaite associer à un espace le nom de Eugène de Planard, né à Millau en 1784, mort à Paris en 1853, auteur dramatique qui a travaillé pour les grands théâtres de Paris. La commission décide d’appeler la Terrasse : Eugène de Planard ; et le Jardin du Musée : André Campra (1660-1744)

La commission décide enfin de nommer la Maison du Peuple : « Théâtre de la Maison du Peuple » (délib. du 15 mai 2006)

15 septembre 2020. ©DR

Le 12 octobre 2006, un parterre de personnalités, de curieux et d’initiés se presse pour l’inauguration au pied du bâtiment.

Le budget total de cette complète métamorphose se monte à 4,475 millions d’euros (HT) avec un dépassement de 118 000 euros, lié notamment à l’agencement du studio Martha Graham.

Quelques chiffres : 496 places sur un niveau unique, 40 musiciens pourront prendre place dans la fosse d’orchestre. Une surface de gradins de 385m2 pour le public, des loges de 80m2 pour 21 personnes, 150 à 180 m2 de scène, 1010 m2 ouverts au public (accueil, salle de répétition, galerie, salle de spectacle), 30 km de câbles électriques.

Marc Parguel