Le serre de la Malautie (commune de Lanuéjols, Causse Noir)

Avoir du temps devant soi peut donner l’occasion de grimper, sans effort, au Serre de la Malautie qui domine Gras et les Mazes. Ce serre est situé dans la partie orientale du Causse Noir, laquelle s’adosse au massif de l’Aigoual.

Au Nord du Serre de la Malautia (section H, numéro 71, cadastre Lanuéjols, 1829), le lieu est appelé Serre de l’Aigoual (toponymie orale), on y voit la borne géodésique 1001 mètres, dominant de quelques 50 mètres le hameau des Mazes.

De la route, après quelques minutes de marche, le promeneur remarquera ce petit mais imposant ruiniforme de la Malautie (marqué sur l’IGN par 3 astérisques à l’ouest du point 984) : chaos de ruiniformes curieusement sculptés, blocs imposants, effet surprenant d’un puissant phénomène d’érosion fluviatile tourbillonnaire qui a permis entre autres prouesse le dégagement d’un majestueux « vase à l’antique » dépassant la tonne en équilibre sur un éperon rocheux. Les habitants du Causse avaient coutume d’appeler ce bloc : « le rocher de l’Oule ».

Coucher de soleil à la Malautie (photo Jean-Jacques Despériès).
Ruiniformes de la Maulautie (Fonds Pierre Solassol, 1993).

Cet ensemble se dresse splendide, dans des pelencs que peuplent de rares et maigres amélanchiers.

Des vestiges de murs entre des rochers (baumes canaules) et des encastrements de poutres de toits disent qu’en des habitats semi-troglodytes, ce site fut occupé par l’homme. Les registres paroissiaux et d’état civil (fin XVIIIe et début du XIXe siècle) attestent la présence d’un fermier au domaine de la Malautie.

Vue aérienne de l’ensemble.

Dans le mot «  Malautie » : « Doit-on y voir, comme le mentionne Alain Nouvel, la présence de l’adjectif occitan auta (haute) qui serait relié à un nom qui commencerait par Mal ?… Nous trouvons en 1329 un lieu près de Mauguio appelé Mas dels Malautes qui signifie Mas des Malades  » c’est-à-dire la maison où l’on soigne des malades, l’hôpital « . Les noms se présentant sous la forme  » Malautié  » ou  » Malautiés  » au pluriel ont conservé leur nom occitan. Quant à Malate, Malhaute, ils représentent aussi l’occitan malate  » malade  » quand il est au masculin et l’occitan  » malautié  » avec la chute de la finale quand il est au féminin » (Les noms et leur mystère, Midi Libre, 6 décembre 1994).

La vasque de la Malautie.

Il semblerait que l’ancien domaine de « la Malautie » proche des limites Rouergue-Languedoc suite à une épidémie de peste ou de lèpre se soit déplacé à l’actuel domaine de la Tour qui en 1882 comptait 1 feu et 14 habitants. En effet le domaine de la Tour s’appelait autrefois La Malautie. Le compois de Montméjean (1665) mentionne à l’article « metterie des Mourgues » : « le tout (Les Mourgues) confronte du levant avec les terres de la metterie de Malhautié, appartenam à Monsieur Triadou (seigneur de Peyreleau) dependam de la province du Languedoc et du couchan terres de la metterie de Sarraliès du seigneur du Triadou. »

Les registres paroissiaux et d’état civil de la première moitié du XIXe siècle emploient dans le même acte, tantôt un mot, tantôt l’autre. Il est probable que le domaine d’abord situé dans le ruiniforme fut transféré à l’emplacement actuel de la Tour ; la glacière, petite tour ronde, qu’André Fages désigne davantage comme un pigeonnier ayant donné son nom au domaine.

Marc Parguel

Le pigeonnier de la Tour (fonds Pierre Solassol).