Belvezet (Commune de la Couvertoirade, Causse du Larzac)

Le hameau de Belvezet qui signifie « Belle vue » se situe sur des terres volcaniques, entre Sauclières et Cornus, à 5 km au Nord Ouest de la Couvertoirade. De loin, une sorte de tourillon carré semble dominer l’ensemble. A l’origine il s’agissait d’une vaste demeure qu’on pourrait qualifier de forteresse avec enceinte qui fut transformée par la suite en ferme.

Certaines parties des bâtisses semblent dater du XIVe siècle, tel un bâtiment situé au nord du château où l’on voit une fenêtre présentant sur son linteau un arc en accolade, mais la majorité des constructions remontent au XVIe siècle.

Le compoix (cadastre) de 1581 en porte d’ailleurs la mention et l’on constate que ses bâtiments ont été englobés dans l’enceinte, certainement par mesure de prudence, car l’on vivait les derniers soubresauts des guerres de religion.

La tour à l’intérieur de l’enceinte.

Quant au château actuel, si l’on se réfère à la date de 1609 avec les initiales PM (Pierre Mazerand) inscrite sur la cheminée de sa cuisine, si l’on compare à l’escalier à vis identique à une maison de la Couvertoirade, on peut facilement dater l’ouvrage à la première décade du XVIIe siècle.

Les bâtiments forment un tout homogène dans une enceinte rectangulaire. Flanquée aux angles nord-est et sud-est de deux tours cylindriques (mentionnés sur le compois de 1753 « fausse braye avec deux tours ») reliés par une courtine où s’ouvrait la porte d’entrée, la plupart des ouvertures de la façade du corps du bâtiment ont été dénaturées, néanmoins une fenêtre Renaissance subsiste. On y voit aussi les bâtiments du fermier, où furent aménagés en 1656 (date inscrite sur la porte d’entrée) un bel escalier à la française ainsi qu’une cuisine pourvue d’une grande cheminée et un four à pain précédé de son fournil, le tout parfaitement conservé. A proximité, les bâtiments d’exploitation.

Le hameau possède une belle lavogne dallée de basalte.

La lavogne de Belvezet.

Une autre de ce type se situe en bordure de la D.7, 1 km à l’ouest de la Blaquèrerie.

La lavogne en basalte en bordure de la D7.

Le nom de « Belvezer » apparait dans de nombreux actes du XIIe siècle. On y trouve ainsi comme propriétaire un « Uc de Belvezer » (1170-1198). En 1363, le domaine de Belvezet appartenait à Bernard de Martrin, chevalier et seigneur d’Esplas. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le nom de « Belvezet » se transforme en « Bel Bésé » (1827°), pour redevenir définitivement Belvézet, au XXe siècle. Le compois de 1581 indique pour Belvézet deux habitants : Pierre Mazerand et Fulcrand Mazerand (A.Caubel, les échos des remparts de la Couvertoirade, n°87, 21 décembre 1924). Les descendants des Mazerand vendirent Belvezet à la famille de la Valette et allèrent s’établir comme bourgeois à la Couvertoirade (1675).

En 1704, le château de Belvezet appartenait à noble Etienne de Lavalette.

En 1732, il afferme sa métairie à Pierre et Pierre Fabreguettes, père et fils, laboureurs du lieu de Canals (Canton de Cornus). En ce temps-là, Belvezet possédait un troupeau de 241 bêtes à laine.

En 1796, figure un élevage de dindes au domaine. La propriété passe aux mains de la famille d’Assas.

En 1827, Belvézet n’appartenait plus aux d’Assas mais à Charles Auguste de Barral d’Arènes, qui deux ans après, vend à Victor de Bonald, originaire du Monna le domaine, qui le revendit ensuite à Izarn Freissinet, rentière de Paris.

De vieilles familles sont encore enracinées dans ces lieux. Celle des Mazerand en particulier, propriétaire d’une partie du château. C’est une Jeanne Mazerand, qui « au temps des grandes misères » du XVIe siècle, épousait le capitaine Jéhan Lauriol, de la Cavalerie, redouté des Brigands en embuscade sur « le grand chemin ».

Marc Parguel