Opinion

« A quoi joue SNCF Réseau sur la ligne Béziers-Neussargues-Clermont-Ferrand-Paris ? »

A quoi joue SNCF Réseau sur la  ligne Béziers – Neussargues – Clermont-Ferrand – Paris ? Les cheminots, avec le Syndicat « CGT Cheminots de Millau – Marvejols – Mende » ainsi que les usagers, sont en droit de se poser la question au vu de la posture de SNCF Réseau concernant la sûreté des circulations et la sécurité des usagers.

Le lundi 23 novembre 2020, l’engin « SNCF Surveille » qui analyse l’état de la voie a effectué une tournée sur la ligne Béziers – Neussargues et a détecté plusieurs défauts importants imposant immédiatement un arrêt des circulations ferroviaires entre Bédarieux et Marvejols.

Dans les faits, la direction locale n’a eu connaissance de ces précieuses informations que le vendredi 27 novembre à 11h. Les mesures de sécurité pour arrêter tous les trains ont donc été prises immédiatement à partir de ce moment-là. De plus, l’interdiction est survenue un vendredi, jour où environ 300 lycéens de Lozère et d’Aveyron prennent leurs trains pour rentrer chez eux.

Les personnels en gare ont dû gérer à la dernière minute des solutions de substitutions en mobilisant des taxis et des autocars pour assurer au mieux leur rapatriement. Nous tenons à les remercier pour leur dévouement comme nous remercions les équipes locales de SNCF Réseau qui ont œuvré pour réparer au plus vite une grosse partie des défauts et qui ont permis le rétablissement de la circulation des trains en toute sécurité dans la soirée.

Les usagers et citoyens de cette ligne sont en droit de savoir s’ils ont été réellement mis en danger par la direction de SNCF Réseau ou s’il s’agit encore d’un énième calcul pour fermer définitivement la ligne entre Bédarieux et St Chély d’Apcher.

Si tel était le cas, ce manque d’anticipation est criminel de la part de professionnels de la sécurité et reviendrait à placer la question politique de la mauvaise réforme de la SNCF de 2018 avant la santé et la sécurité des usagers et des cheminots. Comme à BRETIGNY, cela relèverait de la justice et non d’une simple erreur d’appréciation !

Sur la question technique du renouvellement des infrastructures, la CGT s’interroge aussi fortement : pourquoi se trouve-t-on avec de tels défauts sur la voie alors que la Région Occitanie a financé de nombreux travaux ces dernières années pour le maintien des circulations ?

Le Syndicat CGT a quelques éléments pour affirmer que la règle d’or qui limite les dépenses de SNCF Réseau et la création d’établissements toujours plus grand et plus loin, regroupant parfois un quart de la France avec le manque de personnel que cela génère, en est la conséquence immédiate.

Pour information, actuellement, dix postes sont vacants sur l’unité de production de Millau, car les embauches prévues n’ont pas été réalisées, et ce, volontairement !

En ce moment, des négociations sont en cours avec l’État et les régions concernées pour la modernisation de l’infrastructure de Béziers à Clermont-Ferrand.

Dans le cadre démocratique des élections régionales à venir courant 2021, le Syndicat CGT Cheminots mettra tout en œuvre pour qu’elles se concrétisent et aboutissent au plus vite, y compris par l’expression du rapport de force des cheminots et des populations concernées.

Le secrétaire général du Syndicat de Millau Frédéric Laur

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com.
Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Bouton retour en haut de la page
X