MillauSaint-AffriqueSanté

Hôpital médian : Vers la suppression de 200 emplois entre Millau et Saint-Affrique ?

La CGT Santé et Action Sociale à l’hôpital de Millau a mis la main sur le rapport Muppy, attendu depuis plus de trois ans. Le rapport Muppy ? Une étude de faisabilité technique, capacitaire, financière et humaine où quatre scénarios étaient étudiés (tout à Millau, tout à Saint-Affrique, hôpital médian ou conserver les structures de Saint-Affrique et Millau) qui a été remise aux élus, à l’ARS et la direction du centre hospitalier, mais dont rien n’avait fuité…

« A ce jour, personne ne veut nous communiquer ce rapport dans sa globalité, personne ne souhaite que la population prenne connaissance de ses conclusions », déplorait déjà au mois de janvier Corine Mora, déléguée CGT Santé et Action Sociale à l’hôpital de Millau, qui était montée au créneau lors des vœux du centre hospitalier.

C’est désormais chose faite, et ce long rapport de 166 pages s’est retrouvé dans les mains des représentants de la CGT Santé et Action Sociale de l’hôpital de Millau.

C’est ce soir, à l’occasion de la mobilisation sur le plateau de la gare, que Corine Mora (qui, rappelons-le, est aussi adjointe à la qualité de vie à la mairie de Millau), a pris la parole pour dénoncer haut et fort les révélations « incroyables et scandaleuses » de ce fameux rapport.

https://www.facebook.com/millavoiscom/posts/1002637606851141

« Nous comprenons enfin pourquoi l’ARS, mais aussi les politiques ayant participé au comité de pilotage l’ont caché pendant tant de temps (sa version finale date de juillet 2018). Ce rapport est consternant, mais nous en recommandons la lecture à tous les citoyens afin qu’ils soient éclairés sur les dangers qui les menacent et les décisions des élus qui ont participé à ce comité de pilotage. Ces derniers orientent le Sud Aveyron vers la fermeture des hôpitaux de Saint-Affrique et de Millau, remplacés par un site unique au milieu de nulle part, réduit à peau de chagrin et deux maisons hospitalières », a alerté la syndicaliste. Jusque là, rien de nouveau.

« Le plus grand plan social vécu par le Sud-Aveyron »

« Pire encore, le comité de pilotage (où siégeait l’ARS, les présidents de CME, Alain Fauconnier, ancien maire de Saint-Affrique, Alain Marc, sénateur du Sud Aveyron, Christophe Saint-Pierre, ancien maire de Millau et Arnaud Viala, député du Sud Aveyron) a voulu réduire au-delà des projections initiales la taille et les capacités de cet établissement », assure Corine Mora.

Le volet financier pose aussi des interrogations. « Ce projet (hôpital médian + maisons hospitalières) dont le coût est estimé à 51,3 millions d’euros (+/- 20 %) ne prévoit pas l’achat du terrain, la viabilité, la voirie, l’équipement… », note la déléguée syndicale, qui estime que « ce projet va coûter très cher au contribuable et aux collectivités », mais qu’il aura aussi d’autres conséquences.

Ce soir, une soixantaine de manifestants étaient rassemblés sur le plateau de la gare.

Selon Corine Mora, le rapport met au grand jour des chiffres que d’aucuns auraient volontiers cachés sous le tapis.

« De 169 lits et places recensés en 2016, nous passerions à 112 voire 102 alors qu’au quotidien nous souffrons déjà d’un manque de lits, s’offusque-t-elle. Cette réduction de la capacité d’accueil risque, à notre avis, au-delà des conséquences directes en termes d’accès aux soins, de conduire à l’anéantissement pur et simple du service public hospitalier en Sud Aveyron. Un établissement réduit est difficilement viable, car peu attractif pour les patients et pour les médecins. »

Pire, ce projet prévoirait aussi « comme mentionné dans le rapport », « la suppression de 200 équivalents temps plein de personnel hospitalier. Les conséquences sur l’offre de soin et la prise en charge des patients seront dramatiques. L’impact économique sur les villes de Saint-Affrique et Millau, sera terrible. Il ne s’agira, ni plus ni moins, que du plus grand plan social vécu par le Sud-Aveyron ».

Bouton retour en haut de la page