OpinionPolitique

Les vœux de la section de Millau du PCF

C’est avec plaisir que je commence nos vœux par une bonne et heureuse nouvelle. Les régions Occitanie et Auvergne ont abouti à un accord avec l’Etat, pour cofinancer la réalisation de travaux nécessaires sur notre ligne SNCF. Cet accord préserve pour un temps le train Aubrac et notre voie ferrée. N’en doutons pas, cette avancée est le fruit des actions, des mobilisations que nous menons avec le comité pluraliste, depuis plus de 20 ans. Cela ne peut que nous encourager à intensifier ce combat dans l’intérêt de l’économie du Massif central et de l’environnement. C’est aussi la démonstration que l’avenir appartient à celles et ceux qui luttent et si nous ne voulons pas subir une société de plus en plus invivable, ce chemin est bien le seul à emprunter.

Car l’année 2020 commence comme a fini 2019, par une cascade de mauvais coups portés par le président des milliardaires contre notre peuple. Mauvais coups contre le droit à la santé pour toutes et tous, avec la fermeture dans tout le pays de nombreux hôpitaux publics. C’est le projet d’hôpital, médian dans le Sud-Aveyron, qui réduira de moitié l’offre de soins sur notre territoire, tout en faisant la part belle au secteur privé. Que personne ne soit dupe, il ne s’agit pas d’une chance, mais bien d’un pas supplémentaire vers une santé à deux vitesses ; une convenable pour celles et ceux qui auront les moyens de se soigner, une au rabais pour la majorité de notre peuple. Comme partout, le « service après-vente » de cette remise en cause d’un bien commun essentiel, est assuré par les élus locaux de droite, par les Macronistes et hélas aussi par les nostalgiques de la politique de Hollande et de Valls, empêtrés dans une culture de renoncement et de trahison.

Ne lâchons rien, ensemble, nous pouvons les faire reculer !

L’année 2020 débute comme a fini 2019, par un mouvement social d’ampleur, avec comme locomotive, les cheminots, qui défendent en dépit des mensonges véhiculés par les grands médias aux ordres, l’intérêt général, celui d’un droit à une retraite décente pour toutes et tous.

Publicité

Notre vœu s’adresse à tous nos concitoyen(ne)s. Ce mouvement doit aller jusqu’à la victoire. Mais pour important que soit le soutien par procuration, cela risque de ne pas être suffisant, surtout si l’on veut construire une vraie réforme progressiste, harmonisée par le haut de notre système de retraite.

Parce que c’est un choix de société, il faut s’y mettre toutes et tous. Et parce que c’est aussi un choix de civilisation, toutes les forces progressistes de notre pays doivent faire le deuil d’un passé pas très reluisant, rejeter les postures personnelles et sectaires, pour construire une alternative, sous contrôle des citoyennes et des citoyens. Sur ces bases, nous appelons à détruire les murs et à construire des ponts. Bonne et heureuse année à toutes et tous.

Jacques Nicol,
Secrétaire de la section PCF de Millau

Bouton retour en haut de la page