✨ Sélectionnez VOTRE commune

MA COMMUNE
Actualité
A la Une

« Un rendez-vous manqué » entre le collectif citoyen solidaire millavois et la maire de Millau

Lundi 17 juillet à 14h, la maire de Millau recevait une délégation d’artisans et de commerçants pour évoquer l’épineux sujet de la piétonnisation.

Arrivées en cortège d’une trentaine de camions et fourgonnettes floquées aux couleurs de leurs entreprises et à grand coup de klaxon, une cinquantaine de personnes vêtues de noir ont pris place dans la cour de la mairie pour un rendez-vous très attendu avec la maire de Millau.

Réuni en préambule du conseil municipal du 17 juin dernier, le collectif citoyen millavois créé pour faire entendre sa voix contre le schéma de piétonnisation actuel avait alors fait plusieurs propositions à la maire de Millau. Pour le collectif qui souhaitait des réponses rapides, il était aujourd’hui question de parler concrètement des propositions que la maire de Millau avait retenues.

Publicité

Emmanuelle Gazel avait cependant dévoilé ses intentions en matinée dans une lettre ouverte aux Millavois en expliquant sa démarche et en annonçant des ajustements, mais sans toutefois acter un retour à la situation antérieure. C’est donc sans grands espoirs de revirement de situation que la délégation s’est rendue en mairie à 14h. Didier Poite, Michaël Menu, Hélène Barthélemy, Christophe Sales, Christophe Bouloc, Laurent Carrière et Carole Albat ont été reçus par Emmanuelle Gazel, Pierre-Henri Cazal (manager territorial du centre-ville), Frédéric Billaud (DGS de la Communauté de communes Millau Grands Causses) et Charly Medeiros (conseiller municipal délégué au commerce et à l’artisanat) pendant plus de deux heures. De quoi redonner espoir aux commerçants restés, malgré une chaleur accablante sur le parvis de la mairie pour connaître l’issue de ce rendez-vous que certains qualifiaient de « la dernière chance ».

À leur sortie, les porte-parole du collectif ont parlé d’un débat « parfois compliqué, houleux et difficile » et déploré « une attitude assez dogmatique de la part de la maire de Millau » qui selon eux, s’est défendue en expliquant avoir été élue « pour déployer la piétonnisation en centre-ville » et avoir « travaillé dans la concertation depuis deux ans ».

Ils ont listé les changements à venir déjà annoncés en matinée : une petite voie de circulation pourrait être ouverte place de la Capelle entre le boulevard Gambetta et le boulevard de la Capelle, mais le sens de circulation sera soumis à une concertation avec les commerçants. L’entrée au parking de la Capelle sera également possible par la rue du Rajol, des places de stationnement « bleues » évolueront en places payantes à 1 € de l’heure.

Bonald et Foch fermés à la circulation

Le boulevard de Bonald et la place Foch resteront définitivement fermés à la circulation toute l’année. Pour les commerçants, la réouverture à la circulation du boulevard de Bonald est pourtant « la mesure à mettre en place pour redonner de l’air au centre-ville et surtout aux commerçants ». Le collectif a toutefois pressé la maire de Millau de mettre en place « très vite » les mesures annoncées. Pour l’heure, place à la réflexion pour décider de la suite à donner à ce que des commerçants appellent déjà un « rendez-vous manqué ».

Par cette action, les artisans ont souhaité dire qu’ils sont nombreux dans le collectif et concernés par la piétonnisation. Ils dénoncent « beaucoup d’amendes et l’impossibilité d’accéder à une partie de la ville pour travailler ».
L’une des représentantes du collectif, commerçante sur le boulevard de Bonald a préféré écourté l’entretien et a rejoint les commerçants un peu avant les autres en déclarant : « On se bat pour nos commerces depuis presque trois ans, j’ai licencié du personnel à cause de la piétonnisation, elle s’en fout ! Face à elle, on ne peut rien faire ! », a déclaré la commerçante au bord des larmes.

Bouton retour en haut de la page