Actualité

Millau. Fabien Roussel sera le candidat du PCF

Face aux enjeux de l’échéance électorale présidentielle du printemps prochain, la section de Millau du Parti Communiste Français a souhaité préciser sa position. Lors d’une conférence de presse, les membres du parti ont expliqué pourquoi ils apporteraient leur soutien au candidat Fabien Roussel.

Alors que l’extrême droite est créditée de 30 % des intentions de vote au niveau national, pour le PCF local, Fabien Roussel incarne les valeurs historiques du parti communiste Français. Il représente une alternative à la montée de l’extrémisme véhiculée par « le racisme, la haine et les mensonges historiques diffusés dans les médias des capitalistes » ainsi qu’au monde d’Emmanuel Macron « au service des riches depuis 5 ans ».

Au début de la pandémie, Macron promettait un monde d’après différent du monde d’avant, il n’a hélas pas menti puisque chaque jour qui passe traduit une société pus injuste, plus inégalitaire et de moins en moins démocratique ».

La défense du service public, un enjeu très local

Le programme du candidat Roussel représente « le défi des jours heureux » : le développement des services publics avec la création de 100 000 emplois statutaires dans les hôpitaux et 90 000 dans l’éducation nationale, la réindustrialisation de la France, la réduction du temps de travail à 32h et la retraite à 60 ans, la lutte contre l’évasion fiscale, la défense de la jeunesse….

Parmi toutes ces propositions, certaines ont un écho plus particulier au niveau local. C’est le cas de la défense du service public, l’un des combats que les membres du PCF millavois vont mener en mettant en place un « collectif des jours heureux » auquel ils comptent bien faire adhérer les citoyens, « tous ceux que la politique de Macron a mis dans le besoin, les retraités les petits salaires, les privés d’emploi ».

Il faut que la population se réveille, nous devons continuer la lutte avec Saint-Affrique et maintenir les deux hôpitaux. Cette politique menée depuis des années, c’est une arnaque qui vise à supprimer des lits et des emplois, c’est la casse du service public qui est à l’ordre du jour ». (Martine Pérez)

Jacques Nicol explique vouloir sur le sujet de l’hôpital un référendum local sur tout le sud-Aveyron « qui ne soit pas un plébiscite ou une tentative de manipulation de la population ».

Concernant la situation du service public communal, la baisse des dotations aux collectivités « pénalise gravement Millau ». Grâce au collectif mis en place, le PCF local espère en informant massivement la population mobiliser davantage les citoyens et engager des actions pour « exiger de l’État qu’il augmente les dotations des communes ».

Rassembler dès à présent

Les membres du PCF ont fait référence à la lutte menée pour le maintient de la ligne ferroviaire grâce au comité pluraliste qu’ils qualifient de « combat d’avant-garde », mais qui a payé puisqu’aujourd’hui on ne parle plus de sa fermeture alors qu’elle était à l’époque immédiate. Pour eux, c’est « le résultat du travail et de la mobilisation qui a payé ».

Aussi, ils n’ont pas perdu de temps, à l’issue de la conférence, ils sont allés battre le pavé du marché hebdomadaire millavois à la rencontre des habitants pour présenter leur action et rassembler derrière « le collectif des jours heureux ».

« Que les choses soient claires, nous ne lâcherons rien, les seuls combats qu’on perd sont ceux qu’on ne mène pas »

Bouton retour en haut de la page
X