La Ville de Millau s’attaque aux cellules commerciales vacantes

Ce jeudi 4 juin à 18h30 s’est ouvert le dernier conseil municipal du mandat actuel dans un contexte un peu particulier. En effet, au lendemain du confinement, c’est à la salle des fêtes qu’il a eu lieu pour respecter la distanciation sociale. Parmi les 34 délibérations, Patrice Gineste, conseiller municipal délégué au commerce, a présenté une nouvelle structure destinée à mettre fin aux locaux vacants vétustes en centre-ville de Millau : l’Agence Immobilière et Commerciale Solidaire.

L’Agence Immobilière et Commerciale Solidaire, qui s’appuiera sur les données de l’Observatoire du commerce (en cours de création), a été créée spécialement pour les porteurs de projets en quête de locaux commerciaux rénovés, à loyers abordables, tout en profitant d’un accompagnement qualifié pour leur projet de création d’entreprise.
La Ville de Millau et la Communauté de communes Millau Grands Causses, en collaboration avec l’Office du Commerce et de l’Artisanat (OCA) participent ensemble à la création de cette structure ad’hoc et encouragent ainsi la naissance de projets innovants vecteurs de revitalisation dans les centres-villes.

Une offre immobilière solidaire qui vient s’inscrire dans un véritable « pack complet », qui accompagne le porteur de projets de la définition de son projet à son installation dans un local adapté à ses besoins. La nouvelle agence permettra également la mise en réseau des professionnels pour s’intégrer au territoire, la participation à de nombreux événements organisés par la Maison des Entreprises, mais aussi l’appui administratif et d’expertise des services municipaux et communautaires pour les dossiers de financements et/ou de formation.

Schéma simplifié de fonctionnement de l’Agence Immobilière Commerciale et Solidaire :

Pour une revitalisation des centres-villes

En 2019, des études réalisées par le cabinet Intencité dans le cadre du dispositif Action Cœur de Ville, ont démontré que le tissu commercial du centre-ville millavois dispose de nombreux atouts comme son organisation spatiale favorable à la déambulation (500 mètres de large sur 500 mètres de long), ses fortes capacités de stationnement (3.282 places de stationnement, dont 1.824 places gratuites), ou encore la lisibilité de son parcours commercial (un pôle shopping : axe place du Mandarous – Boulevard de Bonald – Centre commercial la Capelle, un pôle alimentaire : secteur des Halles et rue Droite, un pôle restauration : rue de la Capelle et place Foch, un pôle Servitiel : Avenues Jean Jaurès et République, et des axes alimentant le centre ancien que sont les rues Sadi-Carnot et Mandarous).

Il dispose de plus d’un tissu commercial très dense avec près de 400 cellules commerciales, digne d’un centre-ville d’une commune de 40 à 60.000 habitants.

Il connaît de plus un taux de vacance faible (8,85 %), sur les principaux axes commerciaux de centre-ville constitués de 260 cellules (axe avenue Jean Jaurès – avenue de la République-place du Mandarous, axe avenue de l’Ayrolle – boulevard de Bonald – Capelle, axe Sadi-Carnot), cependant ce centre-ville reste trop fragile sur certains axes : rues du Mandarous, rue Peyssières, rue Bernard Lauret, rue Droite et rue de la Capelle.

Des artères qui sont pourtant de véritables pénétrantes et pourraient venir irriguer le cœur de ville tout en renforçant les parcours commerciaux, touristiques et d’usages.

D’autres communes du territoire subissent aussi la vacance de certains locaux commerciaux, dans une moindre mesure, mais demandent tout autant d’attention notamment pour la revitalisation des centres-bourgs.

Un modèle social inspiré du logement social

Pour soutenir commercialement et bien souvent redonner vie à ces secteurs identifiés, le cabinet IntenCité a imaginé pour le territoire un modèle social s’inspirant des agences immobilières à vocation sociale, comme cela se fait dans le domaine du logement.

La société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), qui peut louer des locaux commerciaux et remplir le rôle de Maître d’Ouvrage pour y engager des travaux, a semblé être la formule la mieux adaptée aux besoins de la Ville de Millau et des communes environnantes.

Adossée à cette SCIC qui porte le projet et associe les différentes parties prenantes de ce dernier (les commerçants, les usagers, les collectivités territoriales, etc.), une autre structure sera créée en parallèle.

Une Société en Commandite par Actions (SCA) qui permettra de lever des fonds auprès d’investisseurs privés pour financer les travaux de rénovation et d’économies d’énergie des biens immobiliers loués par la SCIC.

La création d’une SCA est intéressante et pertinente dans le cadre de ce projet, car elle permet de lever des fonds auprès de différents types d’investisseurs, notamment de petits investisseurs.

Une association « pour le partage et la solidarité »

Cette Agence Immobilière Commerciale Solidaire sera financièrement supportée dans un premier temps par la Ville de Millau, la Communauté de communes Millau Grands Causses et l’Office du Commerce et de l’Artisanat (OCA), en tant qu’associés, mais sera à terme ouverte à tous les acteurs économiques du territoire.

A ces trois associés, s’ajoute un quatrième qui sera le futur gérant de la structure mis à disposition par la Communauté de Communes Millau Grands Causses. A ce titre, ce dernier détiendra une part de la SCIC.

Pour permettre dans un second temps un apport majoritaire de capitaux privés, l’Agence Immobilière Commerciale et Solidaire Millau Grands Causses apportera pour démarrer la somme de 34.000 € de fonds issus de la Ville de Millau (25 %), la Communauté de communes Millau Grands Causses (25 %) et de l’OCA (50 %), auxquels s’ajoutera la part du futur gérant.

La Banque des Territoires et la CCI ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour intégrer cette structure.

A terme, la Ville de Millau souhaite financer cette structure par les recettes d’ores et déjà émises par la taxe locale sur les enseignes et publicités extérieures, afin de concrétiser un soutien des grandes surfaces périphériques aux commerçants de proximité et de cœur de ville.

Des vocations qui dépassent la location commerciale

Concrètement, l’Agence Immobilière Commerciale et Solidaire Millau Grands Causses, au travers de la SCIC, louera un local commercial sur 20 ans au propriétaire privé, y réalisera les travaux de rénovation nécessaires pour le relouer ensuite à des porteurs de projet ou pourra l’utiliser pour des boutiques éphémères, des boutiques à l’« essai » ou des concept stores. La revitalisation de certains secteurs sera ainsi optimale.

L’Agence Immobilière Commerciale et Solidaire Millau Grands Causses favorisera l’accès à un immobilier commercial de premier plan à des porteurs de projets en construction.

En effet, le niveau des loyers fixés par certains propriétaires de cellules commerciales, notamment dans le centre-ville de Millau ne permet pas aujourd’hui à certains types de projet d’émerger.

L’objectif est d’avoir une maîtrise des loyers afin de pouvoir installer une activité répondant aux besoins de la population et entrant dans la stratégie définie par la Ville.


Les élus financent une subvention de leurs poches

Pour financer cette structure, la Ville de Millau va approuver une subvention exceptionnelle à l’Office du Commerce et de l’Artisanat qui lui permettra de participer directement au capital de cette Agence Immobilière Commerciale Solidaire. Et les élus en seront de leurs poches, puisque quelques jours après l’annonce des élus de la communauté de communes qui ont reversé leurs indemnités de fonction de mai et juin au plan d’aide aux entreprises, les élus du conseil municipal reverseront leurs indemnités de fonction pour le mois de juin afin de financer cette subvention à l’OCA. Le montant de cette participation volontaire et collective s’élève à 16.707,99 €.