Millau. Au cœur de la campagne électorale, avec Gilles Bertrand

Après une longue carrière comme photo-journaliste dans le monde du sport international et auteur de nombreux ouvrages dont trois primés au Sportel de Monaco, Gilles Bertrand se consacre depuis cinq ans à la photo sociétale et documentaire.

Ainsi, depuis 2016, il sillonne la France et son Aveyron d’adoption au gré des petits et grands évènements, au hasard des rencontres, entre banlieues délaissées et territoires isolés.

Dans sa ville de résidence depuis plus de 40 ans, Gilles Bertrand est surtout connu pour être l’organisateur d’événements internationaux dont le Festival des Templiers, l’épreuve qui a donné naissance au trail en France.

Ainsi très engagé dans la vie des Grands Causses et en contact régulier avec les élus locaux et collectivités, son intérêt journalistique et sa curiosité se sont portés sur ces élections municipales en suivant au cœur de Millau, chacun, chacune des cinq candidats – candidates dans leur campagne respective.

Depuis le 21 janvier, il s’est ainsi glissé au contact des militants, militantes et des cinq prétendants, prétendantes à la Mairie de Millau, les suivant quotidiennement dans leurs meetings, réunions de quartier, dans leurs rencontres avec les Millavois(es), auprès des entrepreneurs et commerçants de la ville, chaque vendredi, autour des halles, sur le marché de Millau, haut lieu traditionnel et symbolique de toute campagne.

« J’irai voter pour… » est ainsi sa septième exposition. Elle présente 80 photographies prises dans le vif, dans l’intimité, dans l’écoute des échanges et dans l’énergie collective d’une campagne à chaud, à froid au pied du Beffroi.

Cette expo installée dans le centre commercial de La Capelle ouvrira ce mardi mars à 15 h jusqu’au samedi 14 mars, veille du premier tour.

Un extrait des textes publiés

« La démocratie, ça s’apprend »
Petite leçon d’histoire constitutionnelle et jeux de rôle. Balayage et dépoussiérage sur les types de suffrages. «QCM» à choix simples, à droite les pour, à gauche les contre. Ou l’inverse. Petits brassages d’idées, de convictions. Des groupes se forment, débat rapido sans micro, le temps est minuté, conclusion et changement de camp si envies, si besoin. Une question : qui est engagé dans l’action sociale plus exactement dans la vie de la société ?

Comme sur un cadran solaire, le groupe se divise en quartiers. Un militant monte sur une chaise « je suis le beffroi ». C’est informel, assemblée mouvante, monde pourtant réel, chacun piétine, Millau se divise à plat. On rajoute des tables, une pour les expatriés de la campagne. Six quartiers reconstitués, six groupes formés pour un exercice de démocratie directe. Au micro, un militant l’affirme « La démocratie, ça s’apprend ».

3 mars – Débat sur la démocratie directe proposé par la liste Alternative Ecologique et Anticapitaliste conduite par Camille Valabrègue et Benoît Sanchez Mateo

Deux expositions à venir pour 2020

Deux autres expositions sont par ailleurs en préparation pour 2020. L’une sera consacrée à l’Aveyron, ce département vu et capté à l’occasion d’un parcours intimiste d’une année intitulé « 12 de Cœur » et mis en scène une nouvelle fois dans le parc de la Mairie de Millau pour le prochain été.

La seconde sera présentée à Nasbinals dans le cadre du Festival Phot’Aubrac en septembre avec pour thème la vie des maquignons sur le marché aux bestiaux de Laissac, fruit d’une expérience et d’un travail photographique de quatre mois, chaque mardi dans les entrailles du foirail de Laissac.