Millau. L’équipe municipale rend sa copie

Les Quais Sully Chaliès.©Exo Dams Philosophy's

C’est en sa qualité de maire de Millau que Christophe Saint-Pierre nous a reçus à l’Hôtel de ville mardi 14 janvier pour dresser un bilan de fin de mandat accompagné par une quinzaine de ses adjoints municipaux.

Il l’a souvent répété au cours de son mandat,

« ne nous jugez pas maintenant, nous rendrons la copie à la fin de l’exercice, vous nous jugerez à la fin du mandat »

C’est aujourd’hui chose faite puisque l’équipe municipale a rendu symboliquement sa copie aux Millavoises et aux Millavois. « Cette présentation non exhaustive », il la qualifie lui-même « d’un peu scolaire, néanmoins nécessaire pour pouvoir présenter la masse du travail réalisé dans tous les domaines ».

« C’est important pour pouvoir estimer et juger l’action qui a été la nôtre, de voir que nous avons œuvré au quotidien et que nous avons touché à tous les secteurs ».

Le bilan est réalisé dans douze thématiques pour « montrer le volume de travail et la mobilisation de tous ses élus, l’objectif n’étant pas de rentrer dans le détail, ce qui serait impossible à faire ».

• Petite enfance, éducation, enseignement supérieur

« Ce thème est un peu un fil conducteur emblématique, car nous accompagnons nos concitoyens à chaque étape de la vie, la famille a été un élément fort de notre politique sociale ».

La réalisation qui vient à l’esprit dans ce domaine est bien sûr la création du Pôle petite enfance avec dix places d’accueil supplémentaires ainsi que la réhabilitation de la micro crèche Saint-Martin. Elles ont été accompagnées par de nombreuses autres actions, parmi elles : le soutien au centre de loisirs et à la maternité, l’obtention du Label famille +, la signature de la convention Millau enfance handicap, le point jeunes au Créa…

Les travaux dans les écoles ont représenté 1 400 000 € d’investissement pour maintenir et développer les conditions d’accueil des élèves avec par exemple le développement du photovoltaïque, la mise en œuvre du numérique (140 000 €), l’ouverture d’une classe d’accueil des moins de trois ans à Jean-Henri Fabre, le retour à la semaine de quatre jours, la carte jeune, l’accueil et l’inclusion d’enfants de l’IME à l’école du Puits de Calès.

Au niveau de l’enseignement supérieur, le nombre d’étudiants à Millau est stable, soit près de 600 jeunes, et les compétences en ce domaine ont été clarifiées entre la ville et la Communauté des communes afin de travailler au niveau du bassin de l’emploi.

• La culture

« C’est une délégation importante à deux titres, d’abord parce qu’elle crée du lien social et ensuite parce qu’elle développe l’attractivité et la richesse du territoire »

Le soutien aux associations n’a pas diminué et de nombreux projets portés par l’élue Karine Orcel ont vu le jour ou ont été développés : les travaux du Vieux Moulin, l’ouverture de la MESA, la rénovation du musée et le développement des expositions temporaires (Alechinsky, Miró), la création du Festival Bonheurs d’hiver devenu incontournable pendant les fêtes de fin d’année, l’obtention du label scène conventionnée par le Théâtre de la Maison du Peuple, la rénovation du Créa et la création du Fablab, les travaux au cinéma, la revalorisation de la Graufesenque et son inscription aux parcours de la Romanité…

• Le sport

« Vous connaissez l’importance du milieu sportif à Millau, il est nécessaire de maintenir et de développer les équipements »

Les travaux pour entretenir les équipements sportifs ont nécessité 967 000 € d’investissement et les associations et clubs sportifs ont été soutenus à hauteur de 380 000 €. (Dojo, Parc des sports, Maladrerie, séchoir à kayacs, salle de boxe…)

De grands événements ont également reçu l’aide financière de la ville (Natural Games, Templiers…)

Les grands projets lancés sous ce mandat sont le centre aquatique et la salle d’escalade ainsi que le complexe Paul Tort et son gymnase, mais ne verrons le jour que sous le prochain mandat.

La ville a obtenu le Label terre de jeux 2024, et Bernard Maury a tenu à souligner que Millau était à deux reprises ville départ du Tour de France.

• Social, santé

« Malgré ce qui avait été dit au début de notre mandat, nous avons continué de soutenir les associations sociales, parfois même davantage »

Les grandes actions : le déplacement de la banque alimentaire, le soutien à la maternité, le lancement du chantier du nouvel EPHAD, la rénovation du centre d’accueil « CAHUF », la création de maisons relais et le projet de la résidence seniors.

Les associations qui œuvrent dans le domaine du social (Myriade, centres sociaux, Chayran…) ont bénéficié de 1 884 000€ de financement, soit 344 000€ de plus que sous le précédent mandat.

• Sécurité publique

« Nous avons voulu être au plus près de nos concitoyens dans leur quotidien et dans un souci de maintenir une police et un lien de proximité »

La ville a renforcé les effectifs de police sur le terrain (+8 agents), mis en place la vidéo protection/surveillance, le comité d’Éthique, 431 patrouilles ont par exemple eu lieu en 2018.

Un médiateur de proximité chargé de désamorcer les problèmes entre riverains et la mise en place de la brigade de salubrité ont également abouti au retour au calme dans certains quartiers. Ces dispositifs sont complétés entre autres par les réunions trimestrielles avec la préfecture, des radars pédagogiques, le renforcement du CLSPD et le dispositif participation citoyenne.

• La démocratie participative

« Il était impératif que la population soit partie prenante et s’approprie le débat »

C’est chose faite avec la création du Conseil Consultatif Citoyen, l’organisation d’une réunion plénière des relais de quartier, les balades de quartiers, les ateliers Mandarous et les nombreuses réunions publiques pour consulter la population sur certains projets (17 réunions uniquement pour les quais).

• Commerces

« La municipalité a fait le choix de travailler sur le réaménagement des lieux pour développer leur attractivité ».

Après des enquêtes de terrain et concertation avec les commerçants du centre-ville dans une réflexion commune, ce sont environ 940 000 € qui devraient être débloqués pour les travaux de certains espaces et ainsi permettre la pérennité et le développement des 376 cellules commerciales de la ville. (Hors Centre commercial Capelle).

• Modernisation des espaces publics

« La réalisation la plus visible est bien sûr, la création du Guichet Unique pour un montant de 150 000 € à la charge de la ville, ainsi que sur le même principe de l’interlocuteur unique, le guichet de la vie associative, ce qui simplifie considérablement les démarches des Millavois ».

« Dans un souci de cohérence », Laaziza Kechkech souligne que les agents municipaux ont été davantage formés et le seront encore avec le plan annuel de formation et que le parc informatique devenu obsolète a intégralement été renouvelé pour faciliter le travail des agents municipaux et leur communication.

• Ville propre

« L’une de nos préoccupations au quotidien, c’est d’avoir une ville propre, on y travaille 24/24 h, nous y avons mis les moyens »

Les effectifs sur le terrain ont été renforcés et adaptés selon les quartiers et les saisons au flux touristique. Du matériel a été acheté (319 000 €) et la brigade de salubrité et le service Allô propreté ont été mis en place.

• Aménagements et travaux

« Les grandes orientations d’aménagement ont été définies grâce au schéma d’aménagement urbain et un projet urbain a vu le jour par secteur (ORT), ce qui va guider la collectivité pendant des décennies ».

Renforcé par des dispositifs comme « Action Cœur de Ville », il a impulsé des réaménagements en centre-ville (Voultre, Capelle, Rajol, Fasquet, Saint-Antoine, gare…).

D’autres grands travaux ont été entrepris dans la périphérie comme ceux du Parc de la Victoire, le projet le plus emblématique restant bien entendu celui du bord du Tarn avec l’aménagement des rives et des quais Sully Challiès.

70 km de voirie ont aussi été refaits sous ce mandat.

• Habitat

« Bien que les compétences soient partagées avec la Communauté des communes en matière d’habitat, la ville s’est impliquée pour lutter activement contre l’habitat indigne, les logements vacants, la précarité énergétique et favoriser la création de logements sociaux ainsi que ceux adaptés aux personnes ayant perdu leur autonomie ».

Avec le « OPAH-RU » (opération programmée d’amélioration de l’habitat renouvellement urbain), ce sont 661 logements qui ont été traités pour un impact économique de 15 M€ générés, portés par les collectivités publiques avec le financement de la Communauté de communes Millau Grands Causses, ce qui représente 280 temps pleins entre 2013 et 2018.

Le dispositif « Action Cœur de Ville » a permis d’actionner certains leviers avec des modes de financement intéressants pour les locataires et les propriétaires bailleurs.

L’objectif final étant de redonner un dynamisme et de l’attractivité au centre-ville et de le dynamiser en permettant aux revenus modestes de se loger décemment.

• Le développement durable

« En quelques années, les choses ont évolué très vite et il était important de s’adapter ».

La ville a mis en place une politique de gestion des espaces verts pour préserver l’écosystème et la biodiversité. Elle passe notamment par la gestion différenciée des espaces verts, l’entretien manuel des rues, la réutilisation des déchets verts pour le paillage…

Parmi les mesures prises en faveur de l’environnement la place de la nature en ville demeure l’une des priorités ainsi que les aménagements urbains élaborés dans une réflexion écologique, en favorisant certains matériaux pour leurs constructions ou leurs aménagements.

Christophe Saint-Pierre a souligné « un vrai positionnement politique et une vraie cohérence dans le travail qui a été fait par son équipe » précisant que « derrière les grandes réalisations, il y a toutes celles qui peuvent paraître insignifiantes mais font le quotidien de chacun ».

« On est à la fin du mandat, on rend la copie ».

Millavoises, Millavois, à vous de juger donc !