Millau : ArrĂŞter de fumer pendant 4 semaines ? Chiche ! đź‘Ť

Votre mission, si vous l'acceptez : Vous avez 30 jours pour arrêter de fumer. Pour la troisième année consécutive, l’unité d’addictologie de l'hôpital de Millau participe activement à l'opération nationale "Le Moi(S) Sans Tabac". Un véritable défi collectif qui propose à tous les fumeurs d’arrêter pendant un mois avec le soutien de leurs proches.

La rĂ©compense est au bout : les fumeurs qui arrivent Ă  tenir quatre semaines sans toucher une cigarette auraient cinq fois plus de chances d’arrĂŞter totalement de fumer dans les annĂ©es qui suivent.

A l’occasion de cette opĂ©ration « Le Moi(S) Sans Tabac », l’équipe millavoise de l’unitĂ© d’addictologie sera prĂ©sente sur plusieurs actions pour permettre de diffuser un maximum d’informations liĂ©es aux risques du tabac, aux bĂ©nĂ©fices liĂ©s Ă  l’arrĂŞt de fumer, aux e-cigarettes, Ă  l’aide au sevrage…

Ce sera donc l’occasion de pouvoir échanger avec toute l’équipe : médecins, psychologue, infirmière, assistante sociale sur la nocivité du tabac et sur les aides proposées.
Quelles que soient les motivations, les fumeurs trouveront, lors de ces actions, une écoute des professionnels, des conseils précieux et du soutien.

Des stands d’animations et des discussions autour des questions seront ainsi mis en places. Les fumeurs pourront se renseigner par exemple autour des risques liés au tabac, le tabac pendant la grossesse, le sport et le tabac… Des kits pour aider à l’arrêt leur seront remis et ils pourront même participer à un atelier pour mesurer le monoxyde de carbone (CO testeur) et les résultats seront analysés avec un professionnel. Les différentes thérapies proposées leur seront présentées, et des d’échantillons de substituts nicotiniques leurs seront remis

« L’an dernier, nous avons orienté nos actions sur les populations précaires et les jeunes en allant sur divers sites tels que le CHRS, le jardin du Chayran, les Centres sociaux de Millau, la Mission locale, les lycées et collèges. Nous avons sensibilisé plus de 400 personnes dont un bon nombre se sont engagés par la suite dans un processus de diminution ou d’arrêt du tabac », soulignent les professionnels de l’unité d’addictologie.

Cette année, les stands seront encore proposés dans les lycées, l’institut de soins infirmiers et sur le Centre Hospitalier (pour les professionnels et usagers.)

Le premier stand se déroulera le 8 novembre de 10h à 17h dans le hall du centre hospitalier.

Un kit pour aider Ă  arrĂŞter de fumer.

Une nouvelle orientation : le monde du travail

Cette année, un partenariat a été mis en place avec le Service Interentreprises de Santé au Travail (SIST) de Millau. Des actions en co-animation avec ce service sont prévues au sein de certaines entreprises de la ville sous la forme de stands d’informations et d’échanges : Louisiane, Sévigné, Combes, Auglan, Leclerc et la mairie de Millau.
« La rencontre des ouvriers ou employĂ©s sur leur lieu de travail permettra une sensibilisation du plus grand nombre. La discussion autour des idĂ©es reçues sur la cigarette devrait permettre de dĂ©construire quelques croyances et lever certains freins », assure l’Ă©quipe millavoise.

Zoom sur l’unité d’addictologie

L’unité d’addictologie fonctionne depuis en mai 2012. Elle est composée de professionnels pluridisciplinaires afin de proposer une prise en charge globale et adaptée aux patients : Dr Cuturello (responsable de l’unité), Dr Coste (gastro-entérologue), Marie-Hélène Portales (médecin tabacologue), Dr Sicard (médecin addictologue), Colette Salson (cadre de l’unité), Pauline Garlenq (assistante sociale), Cécile Méjane (infirmière) et Franck Duvet (psychologue en thérapies cognitivo comportementales).

Pour prendre rendez-vous au sein de l’unité, il faut s’adresser au service des consultations externes de l’hôpital au 05.65.59.31.40.

Cette Ă©quipe travaille en rĂ©seau avec les autres unitĂ©s dont la psychiatrie, mais aussi avec les partenaires locaux, dĂ©partementaux et rĂ©gionaux : les professionnels de santĂ© de la ville, les associations et rĂ©seaux, l’unitĂ© d’addictologie de l’hĂ´pital de Rodez, le CASAP (hĂ´pital Sainte Marie de Rodez), le CSAPA, ANPAA 12 (Association Nationale de PrĂ©vention en Alcoologie et Addictologie de l’Aveyron).

A noter qu’un hĂ´pital de jour en addictologie sera ouvert d’ici la fin de l’annĂ©e dans les locaux du Puits-de-Calès.

Les chiffres 2016 du tabac

  • « L’épidĂ©mie mondiale » (terme de l’OMS) de tabagisme fait près de 6 millions de morts chaque annĂ©e, dont plus de 600.000 sont des non-fumeurs.
  • En 2013, le tabagisme Ă  l’origine de 73.000 dĂ©cès en France, restant et un enjeu sanitaire et sociĂ©tal majeur (source Baromètre SantĂ© 2016 du ministère de la SantĂ©)
  • Si l’on ne fait rien, cette « Ă©pidĂ©mie » tuera plus de 8 millions de personnes chaque annĂ©e d’ici 2030. Plus de 80 % de ces dĂ©cès Ă©vitables seront enregistrĂ©s dans les pays Ă  revenu faible ou intermĂ©diaire.
  • En France, 34,5 % des 15-75 ans fumaient du tabac, dont 28,7 % quotidiennement.
  • Et chez les jeunes ? Ces prĂ©valences sont stables depuis 2010, après la hausse observĂ©e entre 2005 et 2010. NĂ©anmoins, entre 2010 et 2016, on constate une diminution du tabagisme quotidien chez les hommes de 25-34 ans passant de 47,9 % Ă  41,4 %,  les femmes de 15-24 ans passant de 30 % Ă  25,2 %. Ce rĂ©sultat est encourageant.
  • Les personnes en situation de prĂ©caritĂ© sont les plus touchĂ©es. Sur la pĂ©riode 2010-2016, on note une augmentation de la prĂ©valence du tabagisme quotidien de + 2,3 % allant de 35,2 % Ă  37,5 % parmi les personnes aux revenus de la tranche la plus basse, diminution de – 2,6 % de cette prĂ©valence parmi les personnes aux revenus de la tranche la plus haute, en passant de 23,5 % Ă  20,9 %
  • Les Ă©carts selon le niveau de diplĂ´me suivent une tendance similaire, tĂ©moignant ainsi d’une augmentation des inĂ©galitĂ©s sociales en matière de tabagisme. Ce phĂ©nomène s’explique notamment par l’utilisation de la cigarette pour gĂ©rer le stress, la difficultĂ© Ă  se projeter dans l’avenir, la mĂ©fiance Ă  l’égard des messages de prĂ©vention, le dĂ©ni du risque, une dĂ©pendance nicotinique plus importante, une norme sociale en faveur du tabagisme ou des Ă©vĂ©nements difficiles pendant l’enfance.
  • De plus, le processus d’arrĂŞt du tabac est diffĂ©renciĂ© selon la situation socioĂ©conomique : les fumeurs des catĂ©gories sociales moins favorisĂ©es sont aussi nombreux que les autres Ă  vouloir et Ă  tenter d’arrĂŞter de fumer, mais ils y arrivent moins souvent. Afin de mieux comprendre ces inĂ©galitĂ©s, une Ă©tude française concluait Ă  la nĂ©cessitĂ© de rĂ©aliser des actions de prĂ©vention adaptĂ©es, efficaces et acceptables pour les plus dĂ©favorisĂ©s
  • L’utilisation de l’e-cigarette : En France, en 2016, 3,3 % des 15-75 ans utilisaient l’e-cigarette dont 2,5 % quotidiennement. Ce chiffre est en baisse par rapport Ă  2014

Les mesures prises

  • Dans le cadre du Programme national de rĂ©duction du tabagisme, des mesures importantes ont Ă©tĂ© mises en place en 2016.
  • Les traitements de substitution nicotinique sont remboursĂ©s comme les mĂ©dicaments.
  • Les prescripteurs se sont Ă©largis aux sages-femmes, mĂ©decins du travail, les chirurgiens-dentistes, les infirmiers, masseurs- kinĂ©sithĂ©rapeutes.
  • Le paquet de cigarettes neutre, gĂ©nĂ©ralisĂ© depuis janvier 2017 : de couleur unie, dĂ©pourvu d’élĂ©ments de marketing sans signe distinctif avec le nom de la marque de tabac Ă©crit de façon standardisĂ©e.
  • Depuis 2016, de nouvelles campagnes et outils de prĂ©vention et d’accompagnement des fumeurs ont Ă©tĂ© mis en place.
  • L’évĂ©nement « Moi(s) sans tabac », dĂ©fi collectif proposant l’arrĂŞt du tabac pendant 30 jours en novembre.
  • L’application Tabac info service sur tĂ©lĂ©phone mobile pour un accompagnement tĂ©lĂ©phonique rĂ©gulier des personnes.