Spectacle

Millau : Des histoires pour sauvegarder l’Histoire avec Recaliu

Octobre c’est le mois de Recaliu. Celui pendant lequel la lenga nòstra s’affiche. Comme l’an passé, comme en 2017 ou en 2016, ou en 2015, etc., les amis de l’occitan donnent rendez-vous à tous ceux qui souhaitent que ce patrimoine immatériel ne soit pas enterré sous les feuilles d’un automne d’éternité.

Et pour faire entendre, les accents que notre mémoire profonde garde dans le réseau de nos neurones, pour la réensemencer, Recaliu a demandé à la musique, au conte, au théâtre, à l’image fixe et animée… de réveiller ces souvenirs enfouis.

Mercredi 3 octobre, Recaliu ouvre ses rendez-vous avec un conte, des chants et de la musique, avec le « chemisier jaune ». En français et en occitan. Séverine Sarrias à la voix et Arnaud Cance à l’accompagnement.

« En regardant un reportage sur les commémorations de juin 1944, Marcelle reconnaît Roger, son amour de jeunesse qu’elle n’a pas revu depuis 65 ans. Un flot de souvenirs l’envahit… Mai 1944… En Margeride, au cœur du Massif Central, Marcelle et sa famille voient refleurir le printemps et retrouvent les rythmes paysans liés aux champs, aux bêtes et à la vie sociale.

Bien sûr, il y a les tickets de rationnement, les réquisitions qui poussent à tuer le cochon de nuit pour ne pas être surpris par les gendarmes, le couvre-feu obligatoire, les fêtes de village interdites… Cependant, on danse dans les granges aux fenêtres masquées, on troque la farine contre des pommes…

Les affrontements sont loin dans cette région située à cheval sur les départements de la Haute-Loire, du Cantal et de Lozère. Pourtant La Margeride va être le théâtre d’affrontements qui marqueront durablement les esprits. Alors que les Résistants (2700 hommes et femmes) tentent de bloquer la Wehrmacht, la Bataille du Mont Mouchet s’engage en juin 1944. La guerre est bien là, avec sa cohorte de drames, de violence, mais aussi d’espoir… »

Le Mont Mouchet, c’est au nord de Saint-Flour à quelques kilomètres de l’A75. Mais, à une échelle plus modeste, ce pourrait être le Maquis des Lacs près de Boyne ou celui de Coudols au Viala du Tarn…

Rendez-vous mercredi 3 octobre à 20h30 au Théâtre de la Maison du Peuple, salle Graham. Tarif : 10 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X