OpinionVerrières

Opinion. Cinq éoliennes de 180 mètres de haut dans les Pins de Vinnac !

« Situé entre la départementale 911 (après Saint-Germain dans la direction de Rodez) à la hauteur de l’embranchement de Saint Laurent du Lévézou, et la départementale 29 (La Glène, Aguessac) à proximité de l’embranchement de Conclus, le projet éolien de Verrières, cinq machines de 180 mètres de hauteur (78 mètres de plus que les éoliennes de Castelnau-Pégayrols) soit cinq immeubles de près de 60 étages, a été accordé le 28 décembre 2022 au groupement d’entreprises Soleil du Midi – GEG groupe ENGIE – mairie de Verrières.

Photomontage « réaliste » de la Fédération des Grands-Causses sur le D.29 à proximité de l’échangeur A75 – 40-1 (Aguessac Gorges du Tarn).

Situé en zone forestière des Pins de Vinnac et en zone sensible (proximité de zones Natura 2000 et de Znieff, domaine vital de nombreuses espèces protégées), ce projet est invasif dans un vaste territoire jusque là protégé. Visible de partout, tant depuis les routes en provenance du Lévézou, depuis le col d’Engayresque, du Causse-Noir ou du Larzac, de l’A75, depuis l’entrée des gorges du Tarn et de nombreux villages ou parties de village et lieux habités et pour certains prestigieux tels que Paulhe, Compeyre, château de Cabrières, Aguessac, Saint-Germain, le piédestal de Fontaneilles et les parties hautes de la commune de Rivière et des communes environnantes… Intriqué dans le Bien Unesco Causses et Cévennes, il menace le maintien de ce label essentiel.

Comportant des risques clairement identifiés pour de nombreuses espèces protégées (dont l’aigle royal et 5 espèces bénéficiant d’un Plan national d’action financé avec de l’argent public – gypaète barbu, vautour moine, vautour fauve, vautour percnoptère, milan royal) et pour leurs habitats, il est totalement décalé par rapport à l’accord sur la biodiversité signé le 19 décembre 2022 à Montréal (COP 25) dont la cible n° 4 entend stopper l’extinction induite par l’homme d’espèces menacées et favoriser le rétablissement des espèces, en particulier les espèces menacées.

Ce projet nuit à l’attractivité de notre territoire et aux activités économiques liées à l’agriculture responsable et au tourisme. Nos Causses ont-ils vraiment vocation à devenir des zones industrielles de l’énergie alors que notre département est déjà largement à positif aux énergies renouvelables ? »

Fédération pour la vie et la sauvegarde du pays des Grands Causses • contact@fedegrandscausses.org

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Bouton retour en haut de la page