ActualitéMillau

Millau. La « zone apaisée » provoque la colère des commerçants

[Màj le 24/05 11h30] À quelques semaines d’être mise en place pour plusieurs mois dans le but d’être peu à peu pérennisée, la piétonnisation d’une partie du centre-ville de Millau était présentée ce lundi 9 mai aux commerçants millavois concernés par ce nouveau dispositif. Le projet de « la zone apaisée » présenté dans son intégralité inquiète, divise et ne satisfait pas la grande de majorité des commerçants.

L’un des grands chantiers du mandat

La piétonnisation d’une partie du centre-ville de Millau fait partie des grands chantiers du mandat d’Emmanuelle Gazel. La maire de Millau avait placé le sujet des mobilités douces au cœur de son programme de campagne et avait rappelé son ambition lors de ses vœux à la population en 2021.

« En lien avec la Communauté de communes et le Parc Naturel Régional des Grands Causses, nous allons repenser les circulations dans le centre-ville. Tout comme nous l’avons fait pour l’Audit citoyen, nous allons tirer au sort des habitants représentatifs de ceux qui vivent, travaillent ou utilisent le centre-ville et imaginer avec eux de nouvelles façons de circuler plus apaisées, plus vertes, plus douces, plus inclusives. Une bonne chose pour la qualité de vie et pour l’environnement ».

D’abord, lancé à titre expérimental au cours de l’été dernier pour être testée et amélioré, c’est à la faveur d’une réunion en mairie et après plusieurs rendez-vous que le plan de piétonnisation définitif pour l’été 2022 et applicable dès le 14 juillet prochain a été dévoilé à une partie des commerçants millavois dans l’ensemble plutôt hostiles à cette mesure malgré les mots de la maire qui se voulait rassurante :

On a bien conscience que ce sujet vous inquiète, mais il nous tient beaucoup à cœur parce qu’on est persuadés que c’est un sujet qui va transformer notre quotidien et le transformer positivement. Tous les changements, toutes les transformations sont toujours générateurs de stress, d’angoisse, c’est la raison pour laquelle nous avons souhaité y aller par étape. Ce projet n’est pas un caprice, c’est un engagement de campagne, aujourd’hui nous sommes dans la mise en œuvre ».

Emmanuelle Gazel tente de rassurer les commerçants : « La plupart des centres-villes qui vont bien aujourd’hui sont des centres-villes pitons ». © Millavois.com

« Rien n’a changé »

Si quelques-uns perplexes, « attendent de voir », la plupart des commerçants se disent « résignés et inquiets » mais surtout « en colère ». Ils se désolent de cette décision et craignent que « les Millavois désertent le centre-ville entraînant une baisse conséquente de leur chiffre d’affaires déjà impacté par la crise sanitaire et un contexte international peu propice aux affaires ». Dans l’assemblée, on se demande même l’intérêt d’une telle décision : « Expliquez-nous, à quoi ça sert ? »

Certains s’inquiètent de perdre une partie de leur clientèle : « comment vont faire les personnes âgées pour se déplacer, aller chez le coiffeur, à la pharmacie, chez le podologue ? »

C’est devant une salle comble et pendant plus de 2h30 de réunion que la zone apaisée à été présentée. © Millavois.com

Ils regrettent que malgré les rencontres successives, « rien n’ait vraiment changé » et dénoncent « un projet figé dans son ensemble depuis le départ qui va couper Millau en deux » . De son côté, Charlie Medeiros chargé de la présentation, argumente expliquant que les « agents ont considérablement travaillé sur les retours de la première expérimentation et que de nombreuses choses ont été prises en compte depuis ».

Ce projet de centre-ville apaisé est fait pour vous et pas contre vous ».

Les commerçants qui ont bien compris qu’ils « n’y changeraient rien ou pas grand-chose » ont toutefois demandé des assouplissements, comme d’élargir l’amplitude horaire jusqu’à 11h30 pour permettre aux millavois de venir en matinée dans la zone apaisée ainsi que l’augmentation de 20 à 30 mn du stationnement de courte durée.

Les derniers ajustements sont en cours, le projet de zone apaisée définitif pour l’été 2022 sera dévoilé en fin de semaine.

© Millavois.com

Ce qu’il faut retenir

La zone apaisée sera réservée aux piétons et aux mobilités douces de 10h30 à 23h. L’accès à la zone sera autorisé de 23h à 10h30 avec sortie libre. En dehors de ces créneaux, il faudra posséder un badge délivré sur demande par la police municipale pour pénétrer ou stationner dans la zone.

Autorisations

  • 2 types d’autorisations seront délivrées :
  • permanentes pour les riverains, commerçants, personnels médical, paramédical, postier, service d’urgence…
  • Temporaires pour les intervenants ponctuels comme les artisans, les livreurs…
  • Livraisons. Elles seront possibles à partir de 23h et jusqu’à 13h30.

Stationnement

  • Le stationnement a été repensé avec 91 places bleues supplémentaires (stationnement de 20 mn gratuites avec un disque).
  • Mise en place du stationnement résidentiel
  • Distribution de places de parking souterrain
  • Le parking de la Grave bénéficiera de 100 places en plus
  • Des contrôles plus stricts seront effectués

Signalisation

Les parkings seront mieux fléchés, notamment les parkings souterrains, et un jalonnement piéton avec les temps de parcours et un QR code informatif seront mis en place.

Animations

Des animations sont prévues tous les lundis soir en ville en alternance avec les marchés nocturnes. Sur les zones devenues piétonnes et accessibles aux mobilités douces, on pourrait voir apparaitre des pistes d’apprentissage de vélo pour les enfants, des tables de ping-pong…

Des animations sont prévues dans les différents quartiers concernés par la zone apaisée pour drainer du monde en ville. © MIllavois.com

Une copie revue et corrigée

Selon eux, c’est une copie revue et corrigée qu’ont présentée la maire de Millau et ses élus ce lundi soir aux commerçants. Malgré leur grogne, le projet de « zone apaisée » est bel et bien sur les rails et pleinement assumé.

S’il n’est pour l’heure annoncé que jusqu’au 15 d’octobre, le projet de piétonnisation pourrait si tout fonctionne être adopté définitivement et marquer un virage à 180° en faveur des mobilités douces fil rouge de campagne et du mandat de la maire de Millau.

Bouton retour en haut de la page
X