Actualité

Millau. Des lettres recommandées pour les salariés de l’hôpital réfractaires à l’obligation vaccinale

Alors que pratiquement 9 salariés sur 10 sont vaccinés au centre hospitalier de Millau, 140 employés ont eu la désagréable surprise de recevoir un courrier leur stipulant « l’obligation de présenter un justificatif de vaccination avant le 15 septembre prochain, date à laquelle selon la loi, ils ne pourront plus exercer leur activité ».

La directrice du centre hospitalier Sylvie Marty précise que l’établissement a « respecté la procédure en vigueur ».

Nous avons envoyé les courriers en recommandé avec accusé de réception comme l’impose la loi. Dans ce courrier nous demandons au salarié de se mettre en règle avant le 15 septembre en nous adressant l’attestation de vaccination et nous proposons à tous un entretien avec la direction des ressources humaines ».

La législation prévoit que le personnel soignant soit en mesure de présenter un certificat de vaccination (ou un certificat de rétablissement ou de contre-indication) au plus tard le 15 septembre 2021. Ceux en cours de vaccination ou ayant contracté la covid depuis moins de 6 mois disposent d’un délai courant jusqu’au 15 octobre pour se faire vacciner.

À la date du 15 septembre, les agents qui ne se seront pas soumis à ces obligations auront l’interdiction d’exercer sans pouvoir prétendre à leur salaire ni à aucune indemnité. Pendant cette période, le salarié perdra également ses droits aux congés et à l’avancement.

Pas question non plus de poser des jours de RTT ou des vacances, ils doivent être acquis, ni de présenter un arrêt maladie. Selon nos sources, les autorités compétentes envisagent d’ailleurs déjà des contrôles. Si la suspension dure 30 jours ou plus, la direction pourra également informer le Conseil national de l’Ordre.

47 salariés dont on ne sait rien

Sur le nombre, Sylvie Marty explique que fort heureusement, beaucoup sont vaccinés ou en cours de vaccination et qu’il s’agit de mettre les choses en règle au niveau administratif. « La plupart se sont d’ores et déjà manifestés et fourniront les attestations nécessaires ». Cependant, pour un tiers d’entre eux, le centre hospitalier n’a aucune information.

Nous avons recensé 47 personnes dont on ne sait rien, pas même si elles ont l’intention de se faire vacciner. Parmi elles, une dizaine d’infirmières, un anesthésiste et des agents de différents services ce qui nous a obligés à prévoir des solutions pour les prochains jours ».

Une réorganisation des services

Le centre hospitalier de Millau peine déjà à recruter du personnel comme partout en France. La direction de l’établissement a dû anticiper et prévoir des solutions pour pallier à une situation qui s’avère déjà bien complexe à gérer. « Alors que nous avions prévu de rouvrir le SSR polyvalent, il restera fermé pour déployer le personnel dans d’autres services ».

Parmi les agents réfractaires, certains sont totalement opposés au vaccin, d’autres, plus modérés, l’acceptent volontiers, mais refusent la contrainte. Des personnes vaccinées n’ont pas présenté leurs certificats, en signe de contestation, au nom du secret médical et pour défendre la liberté de choisir, d’autres soutiennent leurs collègues non vaccinés.

Une majorité d’agents vaccinés

Sur 768 salariés du centre hospitalier, il semblerait que cette situation ne concerne qu’à peine une cinquantaine de personnes, mais certaines se disent prêtes à aller jusqu’au bout et à perdre leur emploi, ils l’assurent, « ils ne cèderont pas ».

De leur côté, certains employés vaccinés craignent que l’amalgame soit fait avec l’ensemble du personnel soignant.  Interrogés à ce sujet, la plupart n’ont pas voulu témoigner ouvertement mais assurent que « la situation est tendue et que la question divise ».

« Nous sommes tous soignants, ça veut dire quelque chose non ? Même si on n’est pas tous très motivés pour être vaccinés il ne faut pas oublier que si à cause de ça on ferme des services, c’est le patient qui payera le plus lourd tribut » confie une blouse blanche en quittant son service.

Bouton retour en haut de la page
X