MillauPolitique

Éric Piolle, candidat à l’élection présidentielle en campagne à Millau pour les primaires écologistes

Éric Piolle, actuel maire de Grenoble, est l’un des quatre candidats à la primaire écologiste en vue des présidentielles. Parmi les nombreux soutiens qu’il compte déjà, Valentin Artal adjoint à la démocratie locale et à la citoyenneté à la Ville de Millau a rejoint le cercle du candidat du pôle écologiste.

À quelques semaines de la primaire écologiste qui aura lieu en septembre, le tour de France d’Éric Piolle l’a mené dans l’Aveyron. Après Rodez, c’est à Millau qu’il a fait une halte pour donner une conférence de presse en compagnie de Valentin Artal qui a choisi d’afficher publiquement son soutien personnel au candidat qu’il pense capable de rassembler derrière une écologie populaire dont ils partagent les valeurs.

J’essaie de faire le choix de celui qui est en capacité de rassembler dans la lenteur, en prenant le temps pour s’écouter et se respecter. C’est selon moi ce qu’a su faire Éric à Grenoble en rassemblant des forces progressistes, humanistes, écologistes face à des forces néolibérales puissantes et des forces réactionnaires ultras conservatrices qui portent un discours dangereux ».

« Je ne suis pas né écologiste »

Ancien cadre dirigeant dans l’industrie, Éric Piolle avoue « ne pas être né écologiste ». Il s’est engagé en politique pour les élections régionales de 2010. Maire de la 16e ville de France depuis 2014, il entend décliner « cette culture de l’exercice du pouvoir et des responsabilités que n’ont pas les autres candidats, et qui a marché à Grenoble en 2014 et qui se propage petit à petit en France ». Après les municipales de 2020, il la portera jusqu’aux présidentielles de 2022 si la primaire de septembre prochain lui est favorable face à Yannick Jadot, Delphine Batho et Sandrine Rousseau.

Les écologistes ont historiquement des combats très forts de lanceurs d’alerte et de contrepouvoir. Notre responsabilité aujourd’hui est d’accéder au pouvoir pour mettre en œuvre le projet de transition écologique, de justice sociale, climatique. Reconnecter le monde dont on vit et dans lequel on vit c’est se demander, comment on produit, dans quel but, qu’est ce qu’on produit, dans quel but, comment on répartit la valeur ajoutée créée… »

Sentir le pouls de la France

Eric Piolle n’est pour l’instant « pas trop sous les feux des projecteurs politiques » et explique qu’il continuera son pèlerinage en France toutes les semaines pour « gagner en notoriété avec sincérité et rencontrer les gens qui sont engagés, les militants, les sympathisants, les gens qui se questionne, pour échanger directement avec les acteurs locaux sur l’industrie, sur l’agriculture, la culture, aller dans les quartiers populaires ».

« C’est important d’être à l’écoute et de sentir le pouls de la Fance au-delà du plaisir de découvrir tous ces gens ».

L’enjeu local de la santé

Valentin Artal rappelle que le projet politique d’Éric Piolle a une déclinaison locale sur la question de la santé publique incarnée par celle de l’Hôpital médian.

Nos structures sont menacées par des logiques néolibérales de rentabilité ainsi l’offre de soins qui se s’éloigne et se dégrade menacée par un projet d’hôpital médian implanté au milieu de rien dans une dimension écologique qui pose question ».

L’occasion pour Éric Piolle de rappeler le triple défi pour la santé : « celui de la médecine libérale qu’il faut repenser et adapter aux territoires et à la démographie, celui de la médecine préventive lié aux questions de l’alimentation et de l’environnement et enfin, celui de l’organisation du service de soin public :  « Les destructions de lits de ces dernières décennies ont fait tellement de mal ! Mais on continue à avoir des projets de soi-disant optimisation qui en fait ne sont qu’une réduction de l’offre se soin et des conditions de travail des soignants déjà épuisés. C’est pathétique ce double discours du gouvernement ».

Concernant la situation épidémiologique, le candidat « constate un défaut d’anticipation majeur du gouvernement qui a conduit à 30 000 morts de plus que l’Allemagne et qui est de la responsabilité du président de la République ». Il se dit favorable à ce que le vaccin contre la covid soit rajouté à la liste des vaccins obligatoires et pense « nécessaire de continuer d’aller chercher les populations éloignées de la vaccination et tous ceux qui ne sont pas antivaccins ».

Gagner avec sincérité

Les inscriptions à la primaire écologiste sont ouvertes jusqu’au 12 septembre. « Le Pôle écologiste a voulu une démarche ouverte à toutes celles et ceux qui souhaitent une République écologique à laquelle tout citoyen peut participer en s’inscrivant sur le site de la primaire : lesecologistes.fr »

Éric Piolle pourrait s’avérer être un candidat à ne pas négliger et semble se positionner comme l’homme capable de fédérer les divers mouvements écologiques et des hommes et des femmes de tous bords grâce à une approche différente de l’écologie politique et sociale et un parcours atypique.

Le projet écologiste peut l’emporter en 2020, en apportant une réponse humaniste à l’insécurité sociale et climatique et en se fédérant derrière un projet d’écologie politique : je propose un chemin pour que les gens vivent plus en adéquation avec leurs aspirations profondes et plus en adéquation avec leurs besoins du quotidien. »

Bouton retour en haut de la page
X