Actualité

Millau. Fermeture du restaurant de l’hôtel Mercure : salariés et syndicats voient rouge

Depuis plusieurs mois, un conflit oppose le responsable de la restauration de l’hôtel Mercure de Millau à un nouveau responsable, Thibault Renard. Aujourd’hui l’hôtel semble vouloir régler le problème définitivement avec la fermeture du restaurant. Pour les syndicats et les salariés, c’est inconcevable. Tous se sont rassemblés devant l’hôtel Mercure ce lundi 12 juillet en signe de protestation.

© Millavois.com
Fumigènes, drapeaux, eau de la fontaine, tout était coloré de rouge devant l’hôtel Mercure. © Millavois.com

Retour sur les faits

Thibault Renard, et ses méthodes de management depuis son arrivée, serait à l’origine d’une vague de départs au sein de l’établissement qui auraient incité les 17 salariés à organiser des élections professionnelles. Elles ont eu lieu malgré l’opposition de la direction, grâce à l’intervention de la CGT et de l’inspection du travail.

Benjamin Thiébaux alors élu, a été convoqué pour un licenciement économique refusé par la direccte (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) jugeant les arguments du licenciement non valables.

Céline Tabariès, Benjamin Thiébaux et Patrick Manguin tenaient une conférence de presse le 28 juin dans les locaux de la CGT.

La direction avait jusqu’à la fin du mois de juin pour faire appel de la décision de la Direccte, c’est chose faite deux jours avant la date butoir.

Alors que les syndicats réclamaient que le jeune employé puisse reprendre le travail et l’ouverture d’un dialogue entre la direction de l’hôtel Mercure et les salariés, cette dernière vient d’annoncer par voie de presse la fermeture pure et simple du restaurant en la justifiant par le fait « que la Direccte avait refusé le licenciement du salarié et que pour s’en sortir, elle n’avait pas d’autre alternative ».

De nombreux soutiens

Cette annonce a fait l’effet d’une bombe auprès des salariés qui ne comprennent pas cette décision. Coup de pression, coup de bluff, décision arbitraire ou définitive, en tout cas, pour les syndicats, c’est trop !

Aussi, en soutien à Benjamin et aux autres salariés, un rassemblement a réuni de nombreuses personnes devant l’hôtel Mercure lundi 12 juillet dans le vacarme des pétards et du porte-voix qui« invitait les gens à aller dormir gratuitement à l’hôtel » sous les fenêtres de l’établissement qui attaque sa saison estivale.

Céline Tabariès représentante CGT, dénonce un délit d’entrave au fonctionnement du CPE (Comité Social et Économique).

C’est surtout la seule solution pour se débarrasser de Benjamin ! Jusqu’où vont-ils aller et jusqu’où va-t-on les laisser aller ? Quel manque de considération ! Les salariés ont appris la nouvelle par voie de presse et le CPE n’est même pas informé. L’hôtel vient d’investir 1,5 M€ de travaux pour fermer ? Ces patrons voyous sont-ils au-dessus des lois ? »

Céline Tabariès. © Millavois.com

Le syndicat assure « qu’il ira jusqu’au bout », la municipalité représentée par son premier adjoint présent sur place Thierry Perez indique qu’elle va tenter d’ouvrir un dialogue avec l’établissement pour démêler cette situation.

Bouton retour en haut de la page
X