A la UneActualité

Millau. On tient le cap sur le chantier du nouvel Ehpad

Initialement prévue au printemps 2022, la livraison de l’Ehpad les Terrasses des Causses est envisagée pour le printemps 2023. Si les travaux ont débuté plus tard que prévu, ils suivent aujourd’hui leur cours.

Ce mardi 13 avril, Emmanuelle Gazel, présidente du conseil d’administration du centre hospitalier, Jean-François Galliard, président du conseil départemental, le cabinet d’architectes BC (qui travaille en association avec le cabinet HBM) et les différents acteurs du projet se réunissaient pour faire un point d’étape sur l’avancement des travaux de l’Ehpad les Terrasses des Causses.

© Millavois.com

Après une première phase de démolition et d’évacuation des gravas de plusieurs mois en 2019, il a fallu relancer des appels d’offres pour certains lots et attendre que ce volet soit définitivement clos pour démarrer réellement le chantier de l’Ehpad des Terrasses des Causses.

Depuis plusieurs semaines, au 4 rue Jean Moulin des engins de chantier cassent la roche millavoise, creusent et évacuent des tonnes de gravas dans le vacarme du brise-roche et la poussière du chantier que les riverains devront encore tolérer une paire de semaines avant que n’attaque le gros œuvre du bâtiment.

© Millavois.com

Anticiper et s’adapter

Si pour le moment les travaux avancent à allure normale, le maitre d’œuvre ne cache pas que sur d’autres chantiers, certains matériaux font défaut et occasionnent des retards directement dus à la crise sanitaire. Aussi, certaines commandes seront anticipées et un important travail d’inventaire est en train d’être réalisé sur les trois Ehpad de la ville. Il permettra de tenir un cahier des charges pour les équipements et de prévoir en amont le matériel nécessaire.

« Il y a toujours des petits décalages, un chantier c’est une adaptation permanente », explique Jean-Louis Caumes l’architecte, en prenant l’exemple d’une ligne à haute tension qui a dû être déplacée pour réaliser un terrassement. Mais il assure que « le gros œuvre sera achevé en janvier 2022 ».

Deux chambres témoins

Dans quelques semaines, deux chambres témoins verront le jour et seront présentées et soumises à l’appréciation du personnel dans les moindres détails pour être validées et donner naissance aux 190 autres chambres sur le même modèle.

Une étape cruciale qui devrait permettre non seulement une prise en charge optimale des résidents, mais aussi « d’impliquer les travailleurs du quotidien et de leur donner de la visibilité » explique Pascale Bauquis directrice des Ehpad du centre hospitalier.

« Dans une période ou le secteur peine à recruter, il est important de tenir compte de la qualité des conditions de travail du personnel » rendues aujourd’hui complexes dans des locaux peu adaptés et vieillissants.

Les 130 agents des Ehpad seront tous réaffectés dans les différents services qui composeront les terrasses des causses.

Une livraison très attendue

Si le personnel attend impatiemment son nouvel outil de travail, les résidents aussi. En effet, les pensionnaires de la maison de retraite Saint-Michel, détruite pour les travaux ont été relogés dans les autres structures millavoises occasionnant des désagréments comme celui de vivre en chambre double ou dans des locaux vétustes. Autant dire que le nouvel Ehpad est très attendu par les séniors et leurs familles.

Aussi, en attendant, et ce pour améliorer leur prise en charge et leur quotidien, Emmanuelle Gazel précise que « des aménagements sont faits régulièrement dans les établissements millavois ». C’est le cas à l’Ayrolle où a récemment été installé un terrain de pétanque et un jardin d’agrément qui a aussi vocation à servir de lien intergénérationnel.

On ne peut que se satisfaire que ce chantier soit rentré dans sa phase active, nous savons combien il est nécessaire et très attendu. »

Le nouvel Ehpad de 10.300 m2 aura une capacité de 190 lits sur dix unités d’hébergement, dont deux unités sécurisées avec jardin extérieur pour recevoir des patients présentant des troubles de la maladie d’Alzheimer. Les 14 chambres de chaque unité fonctionneront « en vase clos » au premier niveau pour leur assurer bien être, confort et sécurité.

Emmanuelle Gazel et Jean-François Galliard se sont félicités de l’avancement de ce chantier qui représente tout de même une manne financière de 18 M€ injectés pour la plupart dans des entreprises locales et régionales.

Bouton retour en haut de la page
X