Pedro Sanchez, rendant hommage à Antonio Machado à Collioure, en février dernier.

« Durant cette période, nous nous pencherons tout particulièrement sur La Retirada, souligne Jacques Cohen, président du comité de jumelage Millau/Sagunto. D’une part, en cours, à partir du 1er octobre, et d’autre part sur le terrain, avec les visites des Mémoriaux des camps de Rivesaltes et d’Argelès-sur-Mer, complétées par un hommage au poète Antonio Machado, sur sa tombe à Collioure. »

Pourquoi La Retirada ?

Parce que cet épisode, si étroitement lié à la Guerre civile espagnole (1936-1939), est l’évènement le plus tragique de l’Histoire contemporaine de L’Espagne. 475.000 Espagnols ont dû abandonner leur patrie, seulement pour leurs idées.

La Retirada, qui marque toujours aussi profondément la Conscience moderne espagnole, a eu des répercussions importantes à Millau et dans l’Aveyron, en Occitanie, en France et en Europe.

80 ans après, la recherche historique en appréhende de mieux en mieux la portée. Le Chef du Gouvernement actuel espagnol, Pedro Sanchez, lors de sa venue, en février dernier, en ces lieux emblématiques de la Retirada, Montauban, Argelès-sur-Mer, Collioure, dégageait clairement le message politique de cet évènement.

« Ces personnes se sont intégrées dans la lutte contre le fascisme et le nazisme, comme ils l’avaient fait en Espagne, permettant ainsi que L’Espagne soit présente dans le combat et les valeurs qui ont jeté les bases de l’Europe actuelle, reposant sur la démocratie et les droits de l’homme. »

La Mémoire démocratique de L’Espagne s’est forgée dans la lutte, l’exil, la souffrance, et ce, avec des incidences sur notre propre destin.

Pourquoi Antonio Machado ?

Antonio Machado (© Wikipedia)

Parce que c’est un grand poète et que son œuvre est une référence obligée dans la littérature espagnole. Plus encore, son prestige fait qu’il est devenu une incarnation espagnole et universelle de La Retirada, et l’un des pères spirituels de L’Espagne Démocratique contemporaine. « L’Espagne dont il a rêvé, déclarait Pedro Sanchez, les valeurs qu’il a défendues sont inscrites dans notre Constitution. »

Quant à nous, nous irons sur sa tombe et nous lui rendrons hommage en disant quelques-uns de ses vers éternels.

Ce travail de mémoire sur La Retirada sera complété en octobre 2020 avec la venue à Millau de la grande spécialiste de la cette question : Geneviève Dreyfus Armand. Nous tenons à souligner que de nombreuses associations culturelles n’ont pas hésité à organiser de concert avec le Comité de Jumelage l’accueil dans nos murs de cette historienne de renom, l’ASSA/ATP, l’ACSA, la Société des Etudes Millavoises, Archives-Patrimoine de la Ville : nous les en remercions vivement.

Bien sûr, notre activité ira dans d’autres directions, avec Millau-Sagunto Cine, déjà relancé. Par ailleurs, en matière de coopération interassociative : celle avec la MJC/CREA ne se démentira pas, puisque son directeur, Hervé Marcillac, a programmé avec bonheur un cycle de conférences sur « L’Histoire des musiques espagnoles ».

Le Comité de Jumelage interviendra en lien avec les premières conférences consacrées au Flamenco, en organisant un spectacle (entrée libre), le 11 octobre à 20h30, à La Chapelle du CREA. Il s’agit d’une prestation musicale et chorégraphique, Flamenco íntimo, animée par Anita Losada, directrice de l’Académie de Flamenco de Millau, et Paco El Lobo, guitariste et chanteur, son complice de toujours. Ce duo qui, à n’en point douter, nous imprègnera de l’âme du Flamenco.

Dans un tout autre registre, nous nous efforcerons de jeter les bases du jumelage gastronomique et économique des deux cités.

D’autre part, nous participerons, à l’automne, aux Journées mycologiques et écologiques de Sagunto, à l’invitation du Centre d’Etudes environnementales de notre ville jumelle. La délégation aveyronnaise intègrera des membres de l’Association Mycologique et Botanique de l’Aveyron (AMBA).

Au-delà de la mycologie et de la botanique, la toile de fond de ces rencontres sera la défense de notre environnement, défi majeur de notre temps.

Jacques Cohen,
Président du Comité de Jumelage Millau-Sagunto