Camille Valabrègue et Benoît Sanchez Matéo. © Millavois.com

Les militants de la liste Alternative Écologique et Anticapitaliste, menée par Camille Valabrègue et de Benoît Sanchez, ont eu « la désagréable surprise », dimanche, de découvrir un papier affiché sur les panneaux électoraux, déclarant : « Municipales à Millau : la liste alternative écologique anticapitaliste appelle à battre les deux listes de droite et ses alliés ».

« Au soir du premier tour, nous n’avons clairement et sciemment donné aucune consigne de vote, comme à chaque élection. Nous n’avons pas changé de position depuis le confinement, bien au contraire », affirment-ils.

« Il est évident que nous ne pouvons pas appeler à voter pour la droite. Mais nous ne le pouvons pas non plus pour la gauche capitaliste. Nous faisons la différence entre les deux. Mais nous avons été trop souvent trahis au niveau local comme national (privatisation, délégation de service public, loi travail, sans papiers…) ».

« Il faut chercher à qui profite le crime »

« Ce papier n’émane pas de notre liste, assurent les militants. Il n’est qu’une manipulation classique de politique politicienne, de chasse aux voix. Nous ne saurons jamais qui l’a fait. Nous ne mènerons pas d’enquête. Comme le dit l’adage, il faut chercher à qui profite le crime ».

« Justement, notre engagement politique n’est pas la recherche d’un fauteuil confortable, mais celle d’une action collective. La crise du Covid ainsi que la crise financière de 2008 a montré que le modèle français de répartition sociale (sécurité sociale, services publics…) permet d’amortir les crises et de protéger les plus fragiles d’entre nous. Nous nous battons pour cela et pour la répartition des richesses. Notre combat est le progrès social et écologique pour tous. Nos propositions sont alternatives, rompant avec les politiques opérées par la droite réactionnaire et la gauche libérale. Nous sommes anticapitalistes. Depuis plus de 25 ans, nous nous présentons aux différents scrutins pour y faire entendre qu’un autre monde est possible. Notre militantisme ne se limite pas aux campagnes électorales. Nous poursuivrons nos mobilisations et défendrons nos valeurs de solidarité, de justice, d’égalité. Cet autre monde est aujourd’hui une nécessité et une urgence. Nos vies valent plus que leurs profits. »