© ADN12

L’affaire a été jugée au Tribunal de Grande Instance de Rodez mercredi 4 décembre 2019, mais les faits vont de 2010 à 2013. Un ostéopathe installé dans le Sud-Aveyron a pratiqué des touchers rectaux ou vaginaux à plusieurs de ses patients dans le but de soigner d’autres maux du corps.

Lire la suite sur Aveyron Digital News