Millau. Les camions de moins de 3.5T dans le viseur des forces de l’ordre

Mardi 3 décembre après-midi a eu lieu un contrôle routier qui visait essentiellement les véhicules de moins de 3.5 T et quelques poids lourds.

Il a été réalisé conjointement par les effectifs de la police municipale, du commissariat de Millau et des services de la direction des transports de la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement).

Une formation dispensée par les représentants de la DREAL auprès du commissariat et de la police municipale en matinée, avait pour but de les tenir informés de la nouvelle réglementation en vigueur sur le cabotage.

Le cabotage routier est le droit donné par l’Union européenne à un transporteur européen non domicilié en France, de réaliser un transport routier sur le territoire national. Il est régi par des règles strictes qui n’autorisent pas plus de trois transports en France consécutifs avec le même véhicule. Les chauffeurs doivent pouvoir présenter des papiers attestant de leur identité, de la conformité du véhicule et du chargement.

La plupart des camions arrêtés étaient immatriculés dans les pays de l’Est (Slovaquie, Pologne) et si la majorité d’entre eux était en règle, certains ne sont pas passés entre les mailles du filet.

Au total, trois infractions ont été relevées et les chauffeurs verbalisés ont dû s’acquitter des amendes avant de repartir. Il s’agissait de défaut de papiers, comme pour ce Polonais qui avait « oublié » une mention obligatoire sur ses documents de transport ou un autre qui « rendait service à un ami » et qui n’a pas pu présenter de contrat de travail et de document de transport. Ils ont écopé respectivement d’une amende de 35€ pour le premier et de deux amendes de 68€ et 135€ pour le second.

 

Pour les poids lourds, c’est le respect de l’arrêté préfectoral du transit en ville qui était contrôlé. Ce dernier permet uniquement aux chauffeurs qui livrent ou qui chargent dans l’Aveyron de traverser Millau. Les autres n’ont pas le droit de transiter par la ville. Tous les chauffeurs routiers contrôlés étaient en règle.

Le chauffeur du poids lourd en règle a rapidement pu repartir. ©Millavois.