Spectacle

Millau. Cie la Manivelle : Une sortie de résidence à voir en famille

Ces deux dernières décennies ont vu l’apparition de nouveaux clowns dans le paysage du spectacle vivant. Certains portent le nez rouge, d’autres non. Quel lien entretiennent-ils avec les générations de clowns qui les ont précédés ? Sur quelle tradition repose l’art qu’ils pratiquent aujourd’hui ? Que savent-ils des origines de leur pratique ?

« Faisant partie de cette mouvance, nous nous sommes posé ces questions à nous-mêmes et avons eu pour y répondre envie de convoquer des figures et des codes appartenant au passé pour les traiter de façon contemporaine. Au service de quoi allions-nous les mettre? D’un propos, oui, mais lequel ? », explique Francis Farizon, de la Cie La Manivelle.

Le duo ou le trio clown blanc/Auguste qui était en vogue entre 1920 et 1980 mettait souvent en exergue le rapport dominant-dominé, bourreau-victime, opposant deux facettes de l’être humain que sont le poète brillant et l’idiot jubilant. Lequel des deux tirera son épingle du jeu ? Comment parviendront-ils à vivre en bonne intelligence ? Qu’ont-ils à partager ?

Mettant en parallèle les postures du blanc, poète brillant maîtrisant son environnement avec celle de l’adulte et de l’Auguste, idiot jubilant abandonné aux inventions du présent avec celle de l’enfant, nous nous sommes dit que les ressorts tragi-comiques de ce duo/trio pouvaient nous servir de prétexte à développer un propos sur la relation adulte/enfant et sur les violences éducatives qui souvent hélas accompagnent celle-ci.

Au-delà du rapport parent/enfant, Béats Bas s’interroge sur le pouvoir et son usage. Ce propos à priori très sérieux sera traité avec par trois clowns offrant leur vision drôle et émouvante pour produire un spectacle familial accessible à tous les publics.

Franzoni, clown blanc, poète, est là pour présenter une oeuvre d’art contemporain, une sculpture qu’il a conçu et qu’il va devoir remonter, car elle est en kit. Dans cette tâche il sera assisté par les deux augustes Boucho et Boulna qui elles n’ont qu’une idée en tête : faire de la musique. Excédé par la maladresse et l’esprit désinvolte des Augustes, il tentera malgré tout d’aller jusqu’au bout de son projet et d’éduquer les augustes, quitte à leur faire subir brimades et châtiments. Boucho et Boulna quant à elles mettront tout en œuvre pour tirer leur épingle du jeu, échapper à l’oppression de Franzoni et faire du montage de la sculpture un chantier collectif dans lequel chacun-e pourra prendre plaisir et exprimer sa créativité.

Avec Corinne Bodu (Boucho), Loubna Farizon (Boulna), Francis Farizon (Franzoni). Mise en scène : Joanna Bassi. Lumière : Jean-Christophe Caumes. L’entrée est gratuite et les réservations nécessaires au 06 75 89 08 26.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X