Millau. Arrestation de deux Gilets jaunes à Saint-Germain

Les Gilets jaunes devant le commissariat de Millau, ce dimanche soir.

Depuis ce matin 10h, comme ils l’avaient annoncé, les Gilets jaunes de Millau ont repris le rond-point de Saint-Germain pour « célébrer » le premier anniversaire du mouvement.

Contenus par les forces de l’ordre en zone police (la moitié du rond-point côté Millau), à l’angle de la D911 et de la D168 allant vers Saint-Germain, une soixantaine de personnes ont installé des barnums et des barbecues afin de tenir le camp jusqu’à ce soir.

La journée devait s’articuler autour d’un barbecue, pour fêter les 1 an du mouvement.

Aux Gilets jaunes de Millau sont venus s’ajouter ceux de Saint-Affrique, ainsi que des membres de la Confédération Paysanne, de Sud Santé et de l’Amassada.

Malgré une ambiance bon enfant, un fait est venu perturber le bon déroulement de la journée. « Un de nos gars a insulté les flics », explique un Gilet jaune millavois. « Il a insisté, et au bout d’un moment, après l’avoir coursé, ils sont venus l’arrêter, ici, sous le barnum. Ça a un peu dégénéré, et Michel a essayé de sortir Erwan. Dans la confusion, un gendarme a pris un coup de poing, regrette-t-il. Ils ont choppé Michel, car ils ont cru que c’était lui l’auteur du coup de poing, et ils les ont interpellés, Erwan et lui ».

Pas de nouvelle cabane… Les tentes seront démontées en fin d’après-midi.

En fin d’après-midi, n’ayant pas de nouvelles de leurs camarades, le groupe a décidé de « faire une descente » jusqu’au commissariat de Millau. « S’ils n’avaient pas été là, il n’y aurait pas eu d’incident, a déclaré Christian Rouquayrol, de la Confédération Paysanne. En tant d’années de lutte, c’est la première fois que je vois ça, c’est étonnant qu’ils aient eu l’ordre de venir jusqu’ici, au milieu des autres Gilets jaunes, juste pour en isoler un… »

Arrivés vers 16h devant le commissariat de police, les Gilets jaunes ont trouvé porte close. Le commissaire Pierre-Henri Calmejane est venu à leur rencontre pour expliquer que l’auteur des insultes « avait des comptes à rendre à la gendarmerie » et était actuellement aux mains des gendarmes.

L’auteur présumé du coup de poing se trouve ce soir retenu au commissariat de police de Millau en attendant un avis du parquet. Transplanté cardiaque, il aurait été amené au centre hospitalier avant d’être transféré au commissariat.

À travers la grille, la femme de l’auteur présumé de coup de poing a confié les médicaments de son mari au commissaire Pierre-Henri Calmejane.
Christian Rouquayrol, de la Confédération Paysanne, appelle de ses vœux « une convergence des luttes ».