Millau – Sagunto : Mémoire et dynamique des échanges

La flutiste de Murcie (art hispano-mauresque : XIIe s.). Mare Nostrum : Une approche du Levant.

C’est devant une assistance nombreuse et dans une atmosphère chaleureuse que s’est déroulée le 15 mai au CREA l’assemblée générale du Comité de Jumelage Millau – Sagunto.

Dès le début de son rapport d’activité, le président Jacques Cohen met l’accent sur la priorité donnée à la jeunesse et à l’école : « Nous nous sommes efforcés d’accompagner, martèle-t-il, les initiatives éducatives et les échanges et voyages scolaires organisés à l’intention des élèves hispanisants de la Ville ».

Ses propos furent illustrés, sous les applaudissements de la salle, par les interventions de Christine Lopez, directrice de l’école Beauregard, et les professeures d’espagnol Colette Marcos de Marcel Aymard, Anaïs Portes de Jeanne d’Arc, Joëlle Compeyre de Jean Vigo. Et par celle de Manon Galle, des jeunes de la MJC et de leurs parents lorsqu’ils évoquèrent les échanges d’été inter-MJC.

C’est ensuite Elen Calvez, professeure de Lettres Classiques à Jean Vigo, qui présenta, au nom du Comité et de ses homologues, Christine Géraut de Marcel Aymard et Laurent Furini de Jeanne d’Arc, un panorama culturel et pédagogique des Ludi Classici, créés à Millau en 2013, à l’image de ce qui se fait à Sagunto depuis 1998.

Cette expérience originale et intergénérationnelle, en lien avec la valorisation de La culture classique et de notre site de la Graufesenque, est appelée à s’élargir dans le cadre du projet « Grands sites d’Occitanie ». Qui va amener Millau à collaborer sur le thème culturel et touristique de la Romanité avec d’autres villes de La Région, au patrimoine prestigieux.
« Nous portons une grande attention aux jeunes, souligne Jacques Cohen, mais nous n’en oublions pas pour autant leurs aînés. Un cours de langue et de civilisation leur est imparti annuellement, qui leur permet aussi de préparer un voyage culturel en Espagne ».

A cet égard, Claudette Lavabre exposa tout l’attrait de la région découverte cette année avec le voyage « Mare Nostrum », une approche du Levant espagnol.

Geoffrey Lonjon, professeur d’espagnol à Jeanne d’Arc, traita, quant à lui, de l’activité de Millau-Sagunto Cine et des films espagnols et latino-américains diffusés en V0 en 2019.

Michel Castelbou de L’Association de Mycologie et de Botanique de l’Aveyron, évoqua ensuite la participation de l’AMBA aux prochaines Journées Mycologiques de Sagunto, organisées en octobre par le Centre d’Etudes Environnementales de la ville jumelle.

Autant que faire se peut, le Comité s’implique dans les projets de la Ville. Sa contribution à « Les Chemins de l’Exil » a porté sur deux conséquences de la Guerre d’Espagne. La Retirada : L’Exil républicain dans nos régions, et La Récupération de la Mémoire Historique, avec les témoignages poignants des familles Antoni et Brines de Sagunto.

Dans le droit fil de ce projet, et à l’occasion du 80e anniversaire de La Retirada, le Comité a programmé pour l’automne une sortie aux Mémoriaux des Camps de Rivesaltes et d’Argelès. Et à Collioure sur la tombe du poète républicain Antonio Machado, incarnation universelle de La Retirada et père spirituel de l’Espagne contemporaine et démocratique, pour lui rendre l’hommage qui lui est dû.

Par ailleurs, le Comité a toujours participé à « Bonheurs d’hiver » : une implication saluée par l’adjointe à la Culture, Karine Orcel, présente dans la salle. Il a apporté à ce Festival une touche interculturelle, avec la contribution remarquable de l’artiste fallero sagontin Antonio Verdugo à la création des personnages emblématiques du Festival.

Et avec les stages organisés à l’intention des artistes millavois dans l’atelier du plasticien fallero : « une expérience très enrichissante », pour Anaïs Picamoles, animatrice de La MJC.

L’assemblée générale se termina par le verre de l’amitié talentueusement élaboré par Angela Arles et Michèle Antoine, et auquel prit part le Maire de Millau.

Jacques Cohen,
Président du Comité de Jumelage Millau-Sagunto