De l’énergie , des riffs efficaces, des mélodies entêtantes et des textes ciselés. Une basse archiprésente et une frappe bien lourde à la batterie propulsent les chansons de Jeux Cruels en orbite géostationnaire autour de la galaxie punk rock.

Les influences, car il y a toujours des influences, sont assez variées. Bien sûr chez les français on pourrait citer OTH, Oberkampf, Strychnine (d’où le nom de Jeux Cruels), mais également les Dogs, les Sheriff, les Olivensteins, les Thugs… et pour l’extra hexagonal, les Clash, les Stranglers, les Ramones, The Cure, les Buzzcocks…

Rendez-vous samedi 16 février à 21h. Restauration possible sur place de 21h. Participation aux frais libre, mais nécessaire.