Les caves à fleurines de Compeyre reprennent du service

Les premières mises en caves de bouteilles de grands domaines dans les fameuses caves à fleurines de Compeyre a eu lieu jeudi dernier. Une vraie renaissance pour cette tradition médiévale déjà bien inscrite dans la stratégie touristique du territoire.

De mémoire d’homme, le village de Compeyre a toujours été entouré de vignes, dont certaines plantées en terrasses. Une exposition favorable, un ensoleillement et une température suffisante, la présence de l’eau, accompagnés d’un sol propice y ont très tôt favorisé la culture de vigne et la polyculture vivrière (jardins et cultures dans la plaine).

La construction de plus de 200 caves viticoles, bien aérées et rafraîchies par des fleurines, a même assuré, dès le Moyen-Age, la prospérité du village et de son terroir. Ces fameuses caves à fleurines, dont les caractéristiques très proches de celles de Roquefort, ont toujours été enviées par de nombreux grands domaines viticoles (hygrométrie, température constante…).

Plus récemment et parallèlement, l’activité viticole locale, s’est reconvertie avec l’introduction de cépages nobles pour être reconnue, dès 2011, AOC appellation d’origine contrôlée et AOP appellation d’origine protégée pour les vins Côtes de Millau.

De grands crus fortement intéressés par ces caves, gage de succès pour ce nouveau produit touristique

C’est la première fois que de grands noms du vin se rassemblent autour d’un tel projet. Une migration du sud vers le « moins sud » de la France, à cause du réchauffement constaté depuis plusieurs années et qui a pour conséquence de trop charger le vin en sucre donc en alcool. La vinification sans sulfite devient alors possible.

(Photo : http://www.compeyre.fr)

De son côté, la commune, soucieuse de conserver et de valoriser le patrimoine, mais aussi de perpétuer la tradition de faire vieillir du vin dans les caves de Compeyre s’est rapprochée dès 2016, des propriétaires fonciers des caves situées autour des remparts et de la tour (au nord-est de Compeyre) afin de pouvoir engager un programme de travaux de leur remise en état (mise en sécurité, rénovation des toitures).

Pour cela, la Commune de Compeyre a sollicité la Communauté de communes Millau Grands Causses afin qu’elle porte la maîtrise d’ouvrage de cette opération de réhabilitation et de mise en valeur du patrimoine local. Les caves ainsi restaurées retrouveront leur rôle originel, « l’élevage de vin », et répondront aux enjeux économiques, touristiques, environnementaux et culturels.

Une association de 15 viticulteurs appelée « Les Sampettes » s’est ainsi très rapidement constituée pour assurer la gestion et l’animation de l’ensemble de ces caves une fois restaurées et pouvoir profiter de leur mise à disposition pour la vinification, la maturation et l’élevage de leurs vins.

Dont le domaine Daumas Gassac, bien connu et reconnu par les habitants de notre territoire car en lien direct avec la célèbre mégisserie Guibert de Millau.

Les membres de l’associations :

  • Domaine Daumas Gassac
  • AOP Terrasses du Larzac : Domaine de Mas Cal Demoura, Mas Julien
  • Pic St Loup – Clos Marie
  • Picpoul de Pinet – Domaine Anaïs
  • AOC La Clape – Domaine Bousquet
  • Vins de Gaillac : Domaine Carcenac et Domaine des Bouscaillous
  • Marius Bonal
  • Alain Falguière
  • AOC d’Estaing

Une convention spécifique de mise à disposition a été passée entre l’association de viticulteurs, la Commune de Compeyre et la Communauté de communes.

(Photo : http://www.compeyre.fr)

Les travaux de réhabilitation de 12 premières caves à fleurines ont été rendus possibles et réalisés dès le printemps 2017, pour un montant total de 34 000 € HT.

Restauration de 10 portes-bois pour un montant de 19 821 € HT, portes de caves en bois réalisées en essence de châtaignier, avec des poignées fixes de tirage et clous forgés vieillis. Certaines portes sont équipées d’une sortie d’air (conforme à l’existant). Le tout en respectant l’esprit de l’ancien.

Révision et nettoyage des toitures en lauze de 9 caves pour un montant de 14 262 € HT. Les autres tranches de travaux pour les autres caves seront quant à elles réalisées en cohérence avec une étude lancée pour définir un programme global de valorisation des caves comprenant l’exploitation touristique du site et la création d’un circuit touristique le tout accompagné d’une stratégie marketing ad hoc (produits packagés pour clientèle « groupes » et individuelle).