Linky : Une conférence qui dérange

Ils étaient à nouveau nombreux, les citoyens millavois et d’ailleurs venus écouter Stéphane Lhomme lors de la conférence-débat organisée par le collectif vendredi 9 février. Stéphane, élu municipal en Gironde, était venu présenter sa façon de voir le compteur Linky. Il a donc déroulé une conférence dynamique, appuyée en images par un diaporama explicite et très éloquent.

Les arguments valorisant les bienfaits du « capteur », puisque c’est ainsi que le nomme le Président du Directoire d’Enedis, Philippe Monloubou lorsqu’il dit : « Enedis est une entreprise Big data qui gèrera bientôt les données de plus de 35 millions de capteurs » y ont été démontés. Ces milliards de données précises seront « traitées » et revendues à des firmes dans un but de démarchage commercial. Une somme faramineuse de données nous concernant dont nous ne serons plus maitres! Les appareils connectés maîtriseront nos intérieurs, car oui, Linky, Gazpar (compteur communiquant pour le gaz), et le compteur communicant d’eau (en cours d’installation sur le St-Affricain) sont une première étape dans la logique Big Data!

  • Economie d’énergie ? A lui seul le Linky consomme plus et a une durée de vie courte (une dizaine d’années contre 60 voire parfois 70 ans pour nos bons vieux compteurs bleus qu’Enedis détruit alors qu’ils sont en excellent état de marche !) Gaspillage monumental !
  • Les locataires et les propriétaires ont le pouvoir de refuser ce compteur. Si une équipe, même accompagnée de votre propriétaire, se présente sur le pas de votre porte : vous payez votre loyer, vous êtes CHEZ VOUS. Ne vous laissez pas intimider, vous ne risquez rien concernant d’éventuelles amendes, surtaxes, etc. Ce sont des menaces qui n’ont pas de fondement juridique !
  • La fiabilité du matériel n’est pas encore prouvée, et de nombreux cas de dysfonctionnement (disjonctages fréquents, départs d’incendies, matériel dégradés) sont régulièrement constatés. Enedis répond que ce n’est pas de la faute de son compteur, mais de votre matériel. En effet il faut savoir que Linky va envoyer sur votre câblage domestique une puissance bien plus élevée que celle pour laquelle elle a été conçue (50Htz). Vos appareils peuvent donc avoir du mal à supporter.
  • Votre facture va augmenter ! votre compteur actuel est plus souple que le Linky : si, après son installation, vous disjonctez régulièrement, miracle ! Enedis va pouvoir passer au contrat d’énergie de puissance supérieure, vous allez donc le payer plus cher… et tout cela, sans le savoir ! Magique, non ? Bien entendu il sera également possible de couper l’électricité aux foyers à faibles revenus à distance, ou lorsqu’une forte demande proviendra d’un pays voisin… Même si Enedis nous promet pour l’instant qu’ils n’ont pas l’intention de le faire.

Les ondes électromagnétiques et le Courant Porteur en Ligne, fameux CPL inonderont de manière bien plus importante que vos WiFi et téléphones portables votre habitation.
Et Stéphane Lhomme de marteler encore et encore qu’il ne faut pas avoir peur, que nous ne risquons absolument rien à refuser le compteur. Oui mais par quel moyens ? La priorité est évidemment de bloquer l’accès au compteur. Pour ceux qui l’ont à l’intérieur : ne cédez pas aux pressions, menaces, chantage. Restez ferme et catégorique. Ils ne peuvent pas vous forcer et pénétrer chez vous (violation de domicile). Pour les compteurs à l’extérieur : barricadez un maximum et ne sous-estimez pas les méthodes d’Enedis, ils cassent les chaines, les cadenas… Des tas d’exemples existent.

Le pouvoir de votre mairie

Encore plus efficace : tournez-vous donc vers vos élus municipaux, qui sont à votre service : il est beaucoup plus simple pour les citoyens de refuser le compteur lorsque la mairie elle-même s’y est opposée. En effet en tant que propriétaire des compteurs (car la commune est bien le propriétaire), même si la plupart du temps cette dernière essaye de vous convaincre de l’inverse, en se cachant derrière un contrat de concession au Syndicat intercommunal d’électrification de l’Aveyron (SIEDA), elle est en droit de refuser cette installation, au minimum en invoquant le Principe de Précaution (aucune étude d’impact sur la santé à long terme du Linky G3 installé) et également pour le maintien de l’ordre public afin d’éviter d’éventuels affrontements entre privés et sociétés sous-traitantes peu scrupuleuses. C’est ce qui est réclamé à Christophe Saint-Pierre depuis la demande d’entretien déposée le 16 novembre 2017 et qui n’a toujours pas été honorée.
Car contrairement à ce qui est dit, les arrêtés et délibérations prises par plus de 500 communes françaises sont en cours de procédure et pour l’instant aucun(e) d’entre eux (elles) n’ont été « cassé(e)s ».

Enfin un échange avec la salle a permis d’éclaircir quelques points concernant les immeubles où certains compteurs ont été changés et pas d’autres, les fréquentes menaces, chantage et autres méthodes de vente forcée illégales, la présence de concentrateurs à l’intérieur des transformateurs de quartiers, à nouveau un point sur la propriété des compteurs, etc.

Alors compteur intelligent ? Surtout pas ! Mais « espion communiquant », « outil de gestion de la vie privée par la consommation énergétique » et « capteur de données personnelles », oui ! Ne le laissons pas rentrer dans nos domiciles.

Collectif Stop-Linky