Opinion

Opinion. « La ligne Béziers – Clermont-Ferrand : un véritable atout pour le fret ferroviaire »

Le 21 décembre dernier, les représentants des Syndicats CGT de cheminots de la région de Clermont-Ferrand, de Montpellier, d’ArcelorMittal et le Comité Pluraliste de défense de la ligne Béziers – Neussargues – Clermont-Ferrand se sont réunis à Campagnac.

Cette rencontre a permis de dresser un bilan de la desserte Fret actuelle de l’usine ArcelorMittal à Saint-Chély-d’Apcher et de construire des propositions alternatives au « tout routier » pour l’acheminement des matériaux.

Inscrite depuis 1999 dans le schéma européen fret, la ligne Béziers – Clermont-Ferrand, et ses 277 km de ligne électrifiée (jusqu’à Neussargues), est un véritable atout.

Alors que de nombreux chargeurs se prononcent en faveur du train, l’interdiction, sans raison technique apparente, des trains fret par SNCF Réseau entre Béziers et Marvejols doit être levée.

Seule, l’usine ArcelorMittal est approvisionnée principalement de l’aciérie de Fos-sur-Mer par train.

Pour nous, il est impératif que l’approvisionnement d’acier de Fos-sur-Mer à Saint-Chély-d’Apcher (135.000 t/an) soit réalisé par le sud, réduisant ainsi le parcours de 730 km (Fos – Lyon – Clermont-Ferrand – Neussargues – Saint-Chély-d’Apcher) à 430 km (Fos-sur-Mer – Béziers – Saint-Chély-d’Apcher) en traction électrique et non-diesel.

De plus, l’acier transformé est exclusivement expédié par la route à destination de l’Allemagne, de la Pologne et de l’Italie (50 semi-remorques/jour environ).

Les organisations réunies ce jour estiment que d’autres solutions existent pour acheminer l’acier entre les usines de Fos-sur-Mer et Saint-Chély-d’Apcher, mais aussi pour l’approvisionnement de toute l’Europe, permettant ainsi d’engager un processus pour un acier décarboné.

En ce sens, le fret ferroviaire est essentiel, à la fois pour maintenir et développer l’industrie dans les territoires et donc l’emploi, mais aussi pour mettre en pratique la lutte contre le réchauffement climatique par une réelle politique de report modal de la route vers le rail.

La ligne Béziers – Clermont-Ferrand a ainsi toute sa pertinence pour développer le trafic fret ferroviaire régional, mais également international.

Déterminés et mobilisés pour que l’usine de Saint-Chély-d’Apcher et celle de Fos-sur-Mer disposent d’un transport ferroviaire répondant aux enjeux économiques et écologiques actuels, les représentants CGT et le Comité Pluraliste de défense de la ligne vont être force de propositions et d’initiatives pour développer le ferroviaire marchandise par le Sud, de Fos à Saint-Chély, et par le Nord, de Saint-Chély à Neussargues, et Clermont-Ferrand vers l’Est de l’Europe pour alimenter les usines des constructeurs d’automobiles de voitures électriques.

Ainsi, le ferroviaire contribuera à assurer le maintien et le développement d’emplois pour une industrie de pointe dont notre pays a grandement besoin.

Syndicats CGT cheminots de Millau et Béziers
Syndicat CGT de l’usine ArcelorMittal de St-Chély-d’Apcher
Comité pluraliste de défense et de promotion de la ligne Béziers-Neussargues-Paris

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Bouton retour en haut de la page
X