ActualitéMillau

Millau. Une nouvelle piste cyclable va voir le jour

Le barnum aux couleurs de la Ville de Millau a été installé mercredi soir sur le rond-point de Naulas, signe d’une nouvelle rencontre citoyenne organisée par la mairie.

Les riverains du boulevard Pierre Mendès-France avaient reçu une invitation à cet effet, pour discuter à bâton rompu avec les élus de l’expérimentation d’une piste cyclable sur ce boulevard, entre le quartier de Malhourtet et le giratoire desservant le centre hospitalier et le lycée Jean-Vigo.

La piste sera aménagée côté gauche de la photo. Les piétons devront marcher côté droit.

Une bande cyclable large de 1,50 mètre sera matérialisée sur le côté gauche de la route (sens Malhourtet vers giratoire de Naulas). Les cyclistes emprunteront cette bande cyclable dans un sens, et le trottoir dans l’autre sens. Les piétons, quant à eux, devront circuler sur le trottoir d’en face, de l’autre côté de la route.

« Nous avons eu cette idée suite à l’opération « Une semaine sans ma voiture », explique la maire de Millau Emmanuelle Gazel. Nous avons imaginé ce tracé que l’on trouve pertinent notamment pour la mobilité douce des lycéens, même si pour le moment ils sont plutôt mobilité à moteur… »

« Ce tronçon est relativement simple à réaliser, nous n’allons pas faire des travaux lourds et tout sera fait en régie, détaille Yannick Douls, M. Mobilité à la Communauté de communes. Sur cette portion nous n’avons pas de problèmes de stationnement, et elle fait la continuité du tronçon cyclable du boulevard de Bad Salzuflen. A terme, on souhaite travailler sur la totalité de la cote 415. »

Une voie en encorbellement sur le pont de Cureplat ?

Si une dizaine de riverains avait répondu à l’invitation de la municipalité, la question de cette expérimentation de piste cyclable n’a pas vraiment alimenté les débats, les citoyens profitant de la présence des élus pour évoquer la mobilité douce à Millau dans son ensemble, et les problèmes de circulation en particulier.

Un habitant a notamment soulevé le problème de la vitesse sur la « cote 415 » (boulevards Pierre Mendès-France, Jean Tarral, de Brocuéjouls, de Soulobres et du Lévézou). En cause, « des jeunes qui se croient sur un terrain de motocross, d’autres qui sortent la Porsche le dimanche et des motos qui roulent comme des barges en soirée et la nuit… ».

D’autres évoquent les problèmes de signalisation des pistes cyclables, l’importance de pouvoir rouler en sécurité « même avec des enfants », ou encore « le manque de points de sécurité pour attacher son vélo ». « Certains disent qu’ils ne vont pas en ville à vélo parce qu’ils ont peur de se le faire piquer », assure un habitant.

Conscients qu’en matière de pistes cyclables et de mobilité douce « on part du Moyen Age », les élus ont mis en avant le travail déjà effectué depuis leur arrivée, mais ont surtout évoqué les projets à court terme. Yannick Douls a par exemple dévoilé que la Communauté de communes travaillait sur la mise en place de vrais stationnements à vélos, mais aussi sur la piste cyclable entre Millau et Le Rozier.

Emmanuelle Gazel a assuré qu’un travail sur l’aménagement du pont de Cureplat était à l’étude. « On envisage une nouvelle voie en encorbellement », dévoile-t-elle. La passerelle permanente sur le Tarn, « qui va faciliter l’accès à la Maladrerie », est aussi mise en avant.

Quant aux pistes cyclables, la maire de Millau a rappelé, en prenant l’exemple de la rue de la Fraternité, que « chaque fois que l’on refait une voirie, on aménage une piste cyclable. C’est dans la loi. »

« C’est le début, et pour le moment cela peut paraitre décousu, admet Yannick Douls. Mais tout ça, ça va se jointer. »

Bouton retour en haut de la page
X