Actualité

Millau. L’Aveyron, futur terrain de jeu des réalisateurs de cinéma

L’association Grands Causses Cinéma affiche l’ambition de faire du département l’une des références en matière de décors pour le cinéma et les séries télévisées. Créée à l’initiative du célèbre acteur Fred Saurel aveyronnais (Donne-moi des ailes, Baron noir) en décembre 2019 avec une poignée de passionnés de la toile, elle devient peu à peu l’acteur incontournable local pour les professionnels du secteur.

Tourner en Aveyron, c’est profiter de son patrimoine historique, culturel et architectural, mais aussi de ses nombreux sites naturels d’exception parfois très différents les uns des autres. Certains peuvent même donner l’illusion d’être à des centaines de kilomètres comme la chapelle russe de Sylvanès, le Rougier de Camarès, le chaos de Montpellier le vieux, et tant d’autres.

Le rougier de Camarès © Jean-Paul Nouvel

L’Aveyron, c’est un véritable vivier de décors, expliquent Julien Barthélemy le président de l’association et Virgil Vergues son trésorier. « Avec les membres de l’association, nous nous employons à les référencer pour pouvoir développer la filière audiovisuelle sur le territoire en les proposant aux réalisateurs ».

Les missions

Au cœur d’une politique volontaire de décentralisation qui s’installe peu à peu dans le milieu du cinéma, et grâce au seul fonds propre de soutien audiovisuel régional, le collectif veut se poser comme le relai gratuit de l’association « Occitanie Film » pour accueillir des tournages en favorisant les démarches écoresponsables autour de leurs actions.

Un énorme travail de référencement presque achevé, mais évolutif sert de base de données et de vitrine pour valoriser « la destination Aveyron comme terre de tournage ». En coordonnant tous les acteurs de la filière, l’association sera l’animateur facilitateur du réseau avec pour principales missions d’accueillir, d’informer et de mettre en relation tous les partenaires d’un projet.

C’est différent des décors à vendre pour les touristes, il faut tenir compte de nombreux paramètres pour accueillir une équipe de tournage comme l’accessibilité. »

Au-delà de ses missions professionnelles, elle aspire à sensibiliser et à éduquer le public à l’image. Son action touche les scolaires, mais aussi les habitants en créant des évènements culturels en lien avec le cinéma (avant-première, exposition, festivals…). Ses missions se concentreront également sur la sensibilisation au bon traitement de l’information pour les plus jeunes grâce à des interventions dans les milieux scolaires et des itinéraires artistiques avec Aveyron culture.

Des enjeux d’envergure

Les enjeux pour le territoire sont importants tant au niveau économique que touristique. Quand on sait qu’un tournage de série génère en moyenne 9,75 € pour un euro versé par la collectivité.

Un film est vu environ par 300 à 500 000 spectateurs en salle, un téléfilm par 3 à 8 millions de téléspectateurs, 98 % des Français regardent la télévision. « En 20 ans, la fréquentation des salles de cinéma a augmenté de 20 % ».

L’enjeu s’il est territorial et économique demeure pour l’instant surtout de nouer des partenariats et de faire connaitre la jeune association auprès des collectivités pour qui elle peut être un soutien « technique et administratif » de poids.

Au printemps dernier, l’association a accompagné Julien Doré pour le tournage du clip du tube « Nous » sur le Larzac. Une belle vitrine pour Grands Causses Cinéma qui devrait être le début d’une longue série.

Millau. Une belle récompense pour l’association Grands Causses Cinéma

Bouton retour en haut de la page
X