✨ Sélectionnez VOTRE commune

MA COMMUNE
Actualité

Millau. Serge Gaillard : « Il va y avoir des dépôts de bilan en cascade »

« Nos politiques sont vraiment des incompétents », peste Serge Gaillard, le patron du bowling de Millau sur son compte Facebook, suite à l’annonce de la fermeture forcée des commerces « non indispensables ». « Faire fermer des cafés, des brasseries, des restaurants, quatre heures après un discours un samedi soir… Ils ne savent pas comment nous travaillons. »

« Ce soir, des milliers de salariés stressés, dépités, écœurés sont dans l’incertitude », explique celui qui est aussi président national de la branche bowling de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) et vice-président de la branche « la plus touchée », celle des cafés, brasseries et métiers de la nuit.

« Nous avons des chambres froides pleines de produits frais. Il fallait nous donner un délai de quelques jours pour écouler nos produits et organiser nos fermetures. S’il y avait une urgence, c’était de prendre ces mesures avant. Quand la Chine décide d’isoler autant de personnes, il fallait réfléchir et pas se croire plus forts que les Italiens ou les Chinois. Je suis sûr que sans les élections, les décisions n’auraient pas été les mêmes. Quel désastre pour toutes les entreprises, bon courage à tous mes collègues. »

« Recours au chômage partiel »

Assis devant son PC, Serge Gaillard se désole devant le nombre d’annulations de réservations qu’il a reçu depuis hier. Ce soir, une seule chambre est réservée. « Si les chambres d’hôtel sont des lieux privés qui ne seront pas fermés, en revanche le restaurant, le bar, la salle des petits déjeuners sont fermés. Et nous venons d’apprendre que cette fermeture courra au minimum jusqu’au 15 avril », souffle-t-il.

Publicité

« Une situation dramatique » pour son établissement qui emploie 14 personnes. Aussi, cet après-midi, le patron du bowling a réuni tous ses employés pour faire un point. « Je leur ai annoncé qu’ils seront payés du 1er au 14 mars inclus, ensuite, on devra avoir recours au chômage partiel », déplore-t-il.

« Il faut prendre des décisions très rapidement »

D’ores et déjà, comme le gouvernement l’a annoncé, Serge Gaillard a demandé à bénéficier des mesures de report ou d’exonération des charges fiscales et sociales. Au niveau des taxes locales, un rendez-vous a été demandé lundi à la mairie pour demander de suspendre les droits de terrasse, les taxes sur la publicité locale et celles sur les ordures ménagères… « Il faut prendre des décisions très rapidement, sinon il va y avoir des dépôts de bilan en cascade », prévient le chef d’entreprise.

Bouton retour en haut de la page