Millau. Ah ! Le temps des crinolines…

Soirée nostalgie à la salle René Rieux ce jeudi 7 novembre : l’Association Culturelle du Sud Aveyron recevait Sandrine Dalle Poujol et l’association MagDanses pour parler danse au XIXe siècle. Danse de scène ? Danse de bal ? Chacun a pu se documenter sur cette période si riche dans ce domaine.

Magdeleine Méric, présidente de MagDanses.

C’est à partir de là que naît le ballet romantique, que la danse classique reçoit ses lettres de noblesse (comme l’a expliqué Sandrine, professeur de culture chorégraphique et de danse classique) et que la haute société développe les danses de bal dans des costumes beaux et sophistiqués.

L’exposition de quelques exemplaires (commentée par Magdeleine Méric, présidente de MagDanses) a permis au public de mieux comprendre comment ces polkas, valses ou quadrilles, très souvent chorégraphiés, peuvent être mis en valeur par des costumes parfaitement adaptés.

Tutu (classique) et costumes (bal).

Les danseurs de MagDanses ont su nous ravir par une prestation éblouissante et certains spectateurs se sont même essayés à l’exercice… nostalgie…

Convaincants ? Pas sûr ! Qu’importe : « Ephémère, immortelle, versatile, la danse est le seul art qui, ne laissant aucun déchet sur terre, hante certaines mémoires de souvenirs merveilleux » (Jean Babilée). Et c’est bien l’essentiel.