L’association Effervescence organise, dimanche 1er avril, la septième édition de PâquesOParc, dans le Parc de la Victoire.

L’an dernier, cet événement alliant grande chasse aux œufs, spectacles et animations avait remporté l’adhésion de très nombreux petits Millavois – près de 1.000 enfants !

Un succès qui ne se dément pas au fil des années (malgré des conditions météo parfois peu favorables…), et qui demande une intendance sans faille !

Car qui dit « grande chasse aux œufs », dit travail de longue haleine pour rendre présentables les quelque 4.500 coucous qui sont cachés tous les ans. Certains ne sont pas rendus par les enfants, d’autres sont soit cassés soit détériorés, quand ils n’ont tout simplement pas été trouvés…

200 œufs en plâtre auront été fabriqués et peints par les pensionnaires de l’IME du Puits de Calès.

«Il nous faut refaire, bon an mal an, près de 1.000 œufs, explique Anne Vézinhet, présidente de l’association Effervescence. Pour la réalisation de ces œufs, on demande en principe l’aide précieuse de l’EHPAD de l’Ayrolle ou du Foyer de vie des Charmettes.» Et cette année, pour la première fois, l’IME du Puits de Calès s’est vu confier la réalisation de 200 de ces spécimens en plâtre.

Les œufs pondus par la poule aux œufs d’or (les plus recherchés !)…

«C’est une proposition qui n’a rien à voir avec nos ateliers, reconnait Sophie Peynet, éducatrice technique spécialisée. Et pourtant, cette démarche, ce partenariat qui crée du lien social, c’est très intéressant. On a juste adapté les postes pour que chacun trouve sa place.»

«Dans nos ateliers préprofessionnels, on prépare nos jeunes en situation de handicap vers leur projet d’avenir. Et cette notion de travail, de tâche à exécuter, avec un travail de comptage, de vérifications, d’objectifs à atteindre, de sérieux dans la réalisation, ça les prépare à leur travail d’avenir», se réjouit-elle.

Loris a une technique infaillible pour ne pas que les œufs en plâtre restent collés au moule : Il badigeonne les moules de liquide vaisselle. Bien vu !

Ainsi, depuis le mois d’octobre (hors vacances), à raison d’une matinée par semaine, six jeunes résidents de l’IME, âgés de 16 à 20 ans, auront mis la main à la pâte (ou plutôt dans le plâtre !) pour que les petits Millavois puissent partir à la recherche des œufs de Pâques, dimanche prochain. Des œufs qui, bien sûr, auront été ramenés par les cloches…

« Chaque adolescent a trouvé sa place dans la réalisation de ces œufs », souligne Sophie Peynet. Et à voir les mines réjouies, on imagine la fierté de chacun d’avoir mené cette mission à bien.