✨ Sélectionnez VOTRE commune

MA COMMUNE
Actualité
A la Une

Colère des agriculteurs en Aveyron : « on ne lâchera pas, on ne lâchera rien »

Comme ils l’avaient annoncé, les agriculteurs de l’Aveyron ont donné une autre dimension à leur action en Aveyron ce jeudi 25 janvier. Mobilisés depuis mardi avec un blocage routier sur la RN 88 au niveau du pont de Tanus, ils appelaient à mettre en place un deuxième point de blocage aujourd’hui vers 14h sur la RN88, au rond-point de Sévérac (Lapanouse).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Millavois.com (@millavoiscom)

Publicité

Après une prise de parole et un blocage de l’accès à l’autoroute A75, tracteurs et remorques sont partis en convoi pour une opération escargot sur l’autoroute, sur le tronçon Sévérac / Campagnac, aller et retour.

Au même moment, le barrage routier sur la RN88 était maintenu dans les deux sens, à hauteur de la baraque de Saint-Jean (commune de Tauriac-de-Naucelle), et une autre action était menée au rond-point Saint-Félix à Rodez, où un accident sur la voie publique a été signalé.

« On sera là quoiqu’il en coûte »

« Nous n’avons pas besoin de le dire, les temps sont difficiles, et nous manquons d’écoute au niveau de l’État et du ministère de l’Agriculture, déclarait Laurent Saint-Affre, président de la FDSEA de l’Aveyron, avant de prendre la route en direction de Campagnac. Il faut leur montrer la mesure du désarroi des agriculteurs, de nos collègues entrepreneurs du territoire (entreprises de travaux agricoles, forestiers et ruraux, NDLR) et de toutes les structures agricoles et para-agricoles qui s’associent à nous. »

Au micro, Laurent Saint-Affre, président de la FDSEA de l’Aveyron.

« Le Premier ministre a annoncé lundi qu’il prendrait des décisions et des orientations pour l’agriculture vendredi, ajoutait-il. Est-ce qu’on sera satisfaits ou déçus, on n’en sait rien, en tous cas il faut montrer qu’on est là, qu’on est déterminés, et que l’on sera là quoiqu’il en coûte. Si ça ne va pas, on restera mobilisés, on sera toujours présents et on continuera la pression pour atteindre quelque chose qui devrait permettre la pérennité de nos fermes et la pérennité du fonctionnement et de la vie de nos territoires ruraux pour les prochaines années. »

« On est là pour montrer au Gouvernement, aux services de l’État, qu’aujourd’hui il nous faut avancer, il nous faut des solutions, claires, rapides et efficaces, et qu’on ne se contentera pas de mesurettes, continuait Julien Tranier, co-président des Jeunes Agriculteurs de l’Aveyron. Il faut avancer, on ne peut plus attendre. Il faut leur montrer que s’il le faut on est là dans le temps, on ne lâchera pas, on ne lâchera rien ».

Avant de partir pour l’opération escargot, les responsables de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs ont mis l’accent sur la sécurité de l’opération. « On va se faire entendre, mais sans casse, sans dégradation, mais surtout en toute sécurité. »

La Conf’ au MacDo d’Onet-le-Château

De son côté, la Confédération paysanne de l’Aveyron affirme sa « pleine solidarité avec les mouvements d’agricultrices et d’agriculteurs en France ». « Le constat est partagé : la colère exprimée est légitime, tant le problème de la rémunération du travail paysan est profond. Il y a 25 ans, la Confédération paysanne dénonçait déjà les conséquences du libéralisme, du Larzac à Seattle, rappelle la Conf’. Par contre, sur les solutions proposées, l’agriculture française tourne en rond depuis des décennies derrière la sacro-sainte « compétitivité » chère à l’agrobusiness et aux marchés mondialisés. Résultat : un plan de licenciement massif dramatique qui tue nos campagnes. Nous souhaitons collectivement apporter de véritables solutions de fond au malaise agricole. Nous demandons donc d’urgence une loi interdisant tout prix agricole en dessous de nos prix de revient et la fin immédiate des négociations d’accord de libre-échange ».

Dans l’Aveyron deux actions de la Conf’ sont annoncées : ce jeudi 25 janvier aux alentours de 12h au MacDo d’Onet-le-Château « pour dénoncer les conséquences du libéralisme économique », une autre vendredi 26 janvier aux alentours de 14h à Rodez.

Bouton retour en haut de la page