Millau. Des indemnités revues à la baisse pour les élus municipaux

Une délibération a été ajoutée in extremis au menu du conseil municipal de jeudi soir, celle des indemnités de fonction des maires, adjoints et conseillers municipaux délégués. Elle a été présentée par Michel Durand, nouvel adjoint aux ressources humaines.

« Avec plus d’élus indemnisés aujourd’hui que sur le mandat précédent, avec 24 voire 23 à la fin du mandat (le mandat de Christophe Saint-Pierre, NDLR) à 26 élus aujourd’hui, nous avons néanmoins tenu à ne pas augmenter, mais même réduire cette enveloppe globale », a souligné la maire de Millau, Emmanuelle Gazel.

Aussi, l’indemnité du maire de Millau connait une baisse de 16,07 % par rapport au mandat précédent. « Nous avons tenu à avoir un équilibre entre les différentes fonctions de nos élus, justifie Emmanuelle Gazel. J’ai souhaité réduire l’indemnité du maire de façon à pouvoir davantage indemniser l’ensemble de l’équipe parce qu’un certain nombre sont actifs et doivent se mettre en indisponibilité ou réduire leur temps de travail. Les indemnités de fonction permettent également aux actifs de s’engager en politique et ça me semble indispensable. »

Une baisse qui s’explique aussi par le fait que la nouvelle maire de Millau a aussi été élue présidente de la communauté de communes, chose qui n’était pas vraie lors du précédent mandat.

En jouant sur « l’équilibre entre les deux collectivités », l’indemnité du premier adjoint Thierry Perez, également vice-président de la communauté de communes, connait une importante baisse de 43,37 %.

Au final, les indemnités des élus municipaux sont en baisse de 2,44 %, avec deux (ou trois) élus indemnisés supplémentaires.

Gare aux absents !

Si Emmanuelle Gazel a tenu à indemniser l’ensemble de ses adjoints et conseillers, « l’assiduité et la régularité de la présence des élus au sein des assemblées apparaissent suffisamment importantes pour conditionner le versement des indemnités de fonction des élus à celles-ci ». En clair, l’absentéisme sera sanctionné.

« Chaque conseiller municipal est un conseiller municipal délégué et a en charge une thématique, une fonction à mener à bien, explique Emmanuelle Gazel. Tout travail mérite salaire et tout salaire mérite travail, c’est pourquoi nous avons souhaité conditionner ces indemnités à l’assiduité de nos élus ».

Le taux d’absence sera en effet calculé trois fois par an sur des périodes de quatre mois. Si le taux d’absence d’un élu est supérieur à 10 % par rapport aux quatre mois précédents, son indemnité sera réduite de 10 %. Par tranches de 10 %, un élu non assidu pourrait ainsi perdre jusqu’à 50 % de ses indemnités.