Millau. 166 enfants de primaire ont fait leur rentrée !

La rentrée « du déconfinement » a eu lieu dans les écoles millavoises. Mardi 12 mai, ce sont principalement les enfants des classes de CM1 et de CM2 qui ont été accueillis, sauf adaptation particulière de certaines écoles.

Lors du sondage fait par la ville il y a quelque temps, 55 % de personnes ne souhaitaient pas mettre leurs enfants à l’école. Leur inquiétude légitime concernant le respect des gestes barrières a entre temps encore grandi, puisque ce mardi, le chiffre prévu dans les établissements avait encore baissé.

L’ensemble des groupes scolaires de Millau totalisait un effectif de 129 enfants de CM1/CM2 présents en classe et 37 en accueil périscolaire (réservé aux enfants dont les deux parents travaillent). En temps normal 1 100 élèves de la grande section au CM2, sont inscrits dans les écoles.

Christelle Sudres-Baltrons, adjointe municipale à l’éducation avoue « qu’il faudra rassurer les parents et que certains attendent de voir comment se passent les premiers jours avant de revenir ».

C’est un travail colossal de réflexion qui a été mené en amont par les services municipaux en collaboration avec le corps enseignant, et une importante mise en place de dispositifs de sécurité dans chaque groupe scolaire précise Jeanine Creyssels, directrice du service éducation.

« Il a fallu s’adapter aux configurations différentes dans chaque école pour appliquer les protocoles d’accueil et de désinfection et que les enfants de chaque classe ne se croisent à aucun moment de la journée. Il y a même des sens de circulation et toutes les salles sont désinfectées deux fois par jour .

Gilles Connes, enseignant à l’école du Crés, avoue apprécier une classe en petit nombre, mais reste partagé, même s’il en plaisante.

« Une classe à 12 élèves c’est idéal, on va demander au ministre de l’appliquer l’année prochaine ! Mais on se dit que pendant qu’on s’occupe d’eux, l’autre moitié de la classe est isolée sans aide puisque je suis en classe, ce qui est frustrant ». 

Une disparité plus ou moins inévitable à laquelle le maître d’école essaiera de pallier en rentrant chez lui grâce au télétravail.

À ce sujet, Christophe Saint-Pierre, maire de Millau, précise que « la mairie a recensé les enfants qui n’avaient pas accès à un équipement informatique ou des difficultés pour faire les photocopies. Une vingtaine de familles se sont fait connaitre auprès de la ville qui a mis à leur disposition un équipement informatique. Les photocopies seront faites dans les écoles ».

Pour certaines familles interrogées, la question de mettre leur enfant à l’école ne s’est pas posée puisque les parents sont repartis travailler. Pour la plupart, ils disent faire confiance au personnel même si certaines craintes persistent, comme nous le dit cette maman d’élève.

“ Un enfant reste un enfant, on leur a expliqué les choses, mais il est certain qu’ils avaient très envie de retrouver leurs copains et de jouer. On les confie à l’école, et on est assez rassuré par ce qui a été mis en place dès l’entrée. Je suis plutôt confiante, même si je vous avoue que j’en ai rêvé la nuit dernière ! ”.