Opinion

Opinion. « Où va le SDIS de l’Aveyron ? »

Après un été très éprouvant, pour le personnel du SDIS de l’Aveyron, et particulièrement pour ceux du sud du département, vient le temps des Sainte-Barbe. Il est de tradition à cette occasion de remercier les Sapeurs Pompiers pour le travail effectué tout au long de l’année. Et de donner les perspectives de l’année à venir.

Alors aujourd’hui au SDIS de l’Aveyron, que se passe-t-il ? Notre directeur départemental est sur le départ, et le poste de Directeur Départemental adjoint est vacant depuis l’été. Comment, les sapeurs-pompiers de Millau, et du reste du département doivent-ils interpréter cette situation ?

Alors qu’un ambitieux projet d’établissement a vu le jour que la révision du SDACR a acté la nécessité de renforcer les effectifs de sapeurs-pompiers professionnels, et du personnel administratif et technique. Nous avons donc appris récemment que le SDIS ne conservera pas son directeur actuel et donc se retrouvera dans les prochaines semaines, sans direction opérationnelle.

Comment, dans cette situation, poursuivre le travail engagé depuis plusieurs années ?

Alors que nombreux centre de secours rencontrent des difficultés d’effectifs pour répondre correctement à leurs missions, un projet de refonte des structures territoriales qui doit apporter son soutien aux Sapeurs-pompiers volontaires se retrouve au point mort. Pouvons-nous permettre de patienter ?

Le Syndicat Force Ouvrière des personnels du SDIS de l’Aveyron, appelle notre Président du conseil départemental, et Président du Conseil d’administration, ainsi que tous les élus, sensibles à ces questions, à se mettre autour de la table et donner aux personnels du SDIS de l’Aveyron une vision claire et ambitieuse pour l’avenir. Pour que les sapeurs du département continuent de délivrer à la population aveyronnaise, ou qu’elle soit, les secours qu’elle est en droit d’attendre.

Le syndicat Force Ouvrière

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Bouton retour en haut de la page