MillauOpinionSanté

Opinion. « Un rendez-vous raté »

À l’initiative de l’association Le Manifeste des hôpitaux et maternités de proximité en sud Aveyron, se tenait ce jeudi 19 mai à 18h à la salle de la Menuiserie de Millau une réunion-débat publique ouverte à tous, sur les questions de santé et d’offre de soins sur notre territoire.

Y étaient conviés la population ainsi que l’ensemble des candidats (pour la 3e circonscription) aux élections législatives du 12 et 19 juin prochain afin d’échanger démocratiquement sur le SUJET CENTRAL qu’est le maintien du service de santé de proximité et ainsi nous exposer leurs programmes et ambitions pour le territoire.

Sur les 6 candidats et leurs binômes (M. Rousset pour LREM, M. Saint-Pierre pour LR, M. Daures pour RÉSISTONS, M. Cazorla pour RN, Me. Tendil pour RECONQUÊTE) seuls M. Rhin et Mme Valabrègue pour NUPES ont consenti à faire le déplacement et se soumettre à l’exercice du débat public et de la confrontation. C’est peu. Beaucoup trop peu. Soulignons que Mr Saint-Pierre et Mr Daures ont au moins fait parvenir des réponses écrites sur les 3 axes abordés (SITUATION DES HÔPITAUX DU SUD AVEYRON, SÉCURITÉ SOCIALE, PROJET d’HÔPITAL UNIQUE) ce qui a, à peu près, permis de connaître leurs priorités dans ce domaine s’ils parvenaient aux responsabilités. Quant aux autres, silence radio.

En temps de campagne le temps est millimétré, anticipé pour nos candidats. Cela peu s’entendre. Mais ne pas prendre le temps d’un détour, d’une dérogation dans son agenda pour un débat aussi essentiel et épineux c’est faillir à sa mission d’écoute et d’échange. Les personnes présentes hier étaient là en attente légitime de réponses concrètes sur la FAÇON (et pas seulement la VOLONTÉ) dont on va maintenir le personnel pour ne pas fermer de services. La façon dont on va embaucher pour pallier le manque. La façon dont on va prendre soin du personnel et des patients pour leur garantir de bonnes conditions de travail et de séjour. La façon de revenir à une logique du prendre soin et de sortir d’une logique comptable…

Être candidat c’est être au cœur de cela, être au plus juste. C’est se confronter à des témoignages poignants de professionnels, d’usagers. C’est voir en face de vrais cris d’alarme sur la situation locale proche de l’implosion : « l’hôpital craque », « cadence effrénée », « six services différents en 1 an », « on est des variables d’ajustement », « aucune visibilité d’une semaine à l’autre sur notre organisation », « on s’inquiète pour cet été », « rien n’est fait pour retenir le personnel », « on bafoue l’énergie des soignants »… Être candidat c’est rassurer, apporter des réponses concrètes sur l’avenir immédiat tout en en proposant une vision du territoire à long terme… c’est de cela dont on avait besoin et droit hier.

Et que dire également de l’absence de nos élus locaux… ?? Déjà en tant qu’habitants du territoire, usagers, l’enjeu de la défense des services et des moyens d’accès aux services de santé ne les concerne-t-il pas ? Ne les intéresse-t-il pas ? Et ensuite, en tant qu’élus, interroger échanger avec des candidats avec lesquels ils seront amenés à composer n’est-il pas essentiel pour exposer les attentes, faire émerger les différences et les dénominateurs communs ?

Après cela il faudra avoir l’honnêteté intellectuelle de ne plus s’étonner du désamour des citoyens pour la démocratie locale parce qu’ils ne se sentent plus ni entendus, ni écoutés, ni représentés par leurs édiles.

Karine Haumaitre

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.
Bouton retour en haut de la page
X