Causses et valléesMillauPatrimoine

De la source du Pesquier à la grotte de Massebiau

Les températures chaudes de ce milieu de mois de mai ont amené de nombreux Millavois à fréquenter les plages environnantes du bord du Tarn et de la Dourbie. Celle de Massebiau attire particulièrement les touristes, certains n’hésitant pas faire trempette pour se rafraîchir les pieds ou à profiter des rayons du soleil en s’allongeant sur une serviette, prélude d’un bronzage estival.

Par sa proximité avec Millau, Massebiau était autrefois aussi le lieu de rendez-vous des pêcheurs du dimanche et des gantiers qui s’échappaient des ateliers et qui allaient à leur vigne. Les Millavois d’aujourd’hui viennent davantage pour chercher un peu de fraîcheur au bord de la plage de galets qui longe la rivière.

Savent-ils qu’au bout de cette étendue pierreuse, après la dernière maison du village, c’est-à-dire à une centaine de mètres au nord de Massebiau, en se dirigeant vers La Roque Sainte Marguerite, coule une source qui est fraîche à souhait ?

La fontaine du Pesquier. © Marc Parguel

Elle se cache dans la verdure et son débit est assez important. Cette exsurgence est appelée par les habitants de la localité « Fontaine du Pesquier », elle se perd un peu parce qu’une partie coule directement dans la Dourbie. Mme Kessler m’a raconté au sujet de cette source : « Autrefois, il y avait deux ou trois escaliers pour y accéder et il y avait un petit bout de pré avec de l’herbe, et dans le temps, les gens de Massebiau allaient boire l’apéritif au Pesquier parce qu’ils prenaient l’eau directement à la source, là au moins elle était fraîche, ça faisait une promenade également » (Entretien oral à Massebiau, 6 octobre 2004). Suite aux inondations successives, les escaliers ont disparu et le bout de pré n’est plus qu’un espace pierreux, mais la source coule toujours avec autant de force.

À la verticale de cette source et au niveau de la route (départementale 991), s’ouvre la grotte-exsurgence de Massebiau qui manqua d’être totalement bouchée lors de la réfection de la chaussée en 1971. Son entrée se trouve dans le caniveau gauche cinq mètres avant le panneau « Massebiau ». Un passage étroit amène à un couloir souvent inondé, cette grotte mesure 120 mètres environ. Le 18 décembre 1988, l’Alpina entreprit la plongée du siphon final. De petites dimensions, il devient impénétrable après 30 mètres.

Dans la grotte de Massebiau. © Marc Parguel

Le promeneur qui le souhaite pourra continuer sa route vers le Monna et trouver une autre source qui jaillit au niveau de la route, au lieu dit la Mouline en aval du Monna (la forme ancienne molnar : moulin, aurait donné le Monna, molnar, ou molinar : moudre, donnerait la Mouline).

C’est une source pérenne, à gros débit (10 litres/minutes) qui fait le bonheur de nombreux automobilistes qui viennent se ravitailler, n’hésitant pas à remplir leurs jerricans. D’une fraîcheur incontestable, elle a fait, selon un habitant du Monna de jolis centenaires.

Son bassin d’alimentation se trouve à la Pouncho d’Agast, un secteur dépourvu de culture agricole (Midi Libre, septembre 2010). La source continue son chemin, et arrose des petits jardins sous la route. Contrairement à la source du Pesquier, celle-ci est mentionnée sur les cartes IGN.

Marc Parguel

Bouton retour en haut de la page
X