ActualitéLa Bastide-PradinesLarzac-et-ValléesMillauSaint-AffriqueSanté

Hôpital médian : qui aura « le bras plus long que les autres » ?

Ils n’en démord pas, « la meilleure option possible » quant à la future implantation de l’hôpital médian, ce n’est ni Luzençon, ni Ségonac, mais c’est bien Beaumescure, sur le Larzac, à proximité de l’A75. Alain Vernier, le chef de file des pro-Beaumescure, tenait une conférence de presse ce vendredi 14 janvier à la mairie de Roquefort-sur-Soulzon pour rappeler que ce site est « le seul site d’intérêt général pour tous ».

C’est un serpent de mer qui défraie la chronique depuis plus de 20 ans : un hôpital entre Millau et Saint-Affrique, oui, mais où ? Alors que l’hôpital médian semble avoir été enfin validé par le Gouvernement, son implantation, qui devrait être décidée prochainement, continue à attiser les convoitises, entre ceux qui le verraient bien en périphérie de Millau (mais plutôt dans la communauté de communes de Millau…), et les autres, plus favorables à un meilleur point d’équilibre entre les deux principaux bassins démographiques du Sud Aveyron.

Et c’est bien parce que le choix de l’implantation est actuellement en discussion qu’Alain Vernier remet son idée d’hôpital à Beaumescure sur la table. « Le choix, ce sera soit Beaumescure si on veut favoriser l’hôpital médian et tous les sud-Aveyronnais, soit Luzençon ou Ségonac si on préfère voir augmenter les fuites de patients vers Rodez, Montpellier ou Clermont-l’Hérault », a-t-il assuré en début d’après-midi, entouré de Bernard Arnould, médecin généraliste à Belmont-sur-Rance, Jean-François Rousset, chirurgien viscéraliste retraité habitant à Montlaur, et Bernard Sirgue, médecin généraliste retraité et maire de Roquefort-sur-Soulzon.

« Inquiets de ne pas participer au choix du site », selon les propos de Jean-François Rousset, ils assurent tous en chœur vouloir « la meilleure option possible pour les sud-Aveyronnais. Le but n’est pas de nous servir nous, mais de servir les autres. »

Bernard Arnould, Bernard Sirgue, Jean-François Rousset et Alain Vernier.

Une expertise de niveau national

« Pour espérer attirer de bons jeunes médecins sur les postes fixes, les 75.000 habitants du Sud Aveyron sont à peine suffisants, et il faudra un hôpital médian bien situé pour recruter ces 75.000 habitants et un accès facile vers le CHU de Montpellier pour favoriser les renforts nécessaires », argumente Alain Vernier, en assurant que « sur ces deux critères essentiels, Beaumescure surclasse les deux autres sites depuis l’inauguration du viaduc en 2004 ».

Et les partisans de Beaumescure de demander « une expertise de niveau national, avec un bureau d’étude non exposé localement, pour déterminer le point d’équilibre démographique du Sud-Aveyron et faire une étude d’impact ».

Pour Beaumescure, nous donnons depuis deux ans des arguments sérieux et d’intérêt général et nous affichons nos soutiens au grand jour. Pour Luzençon et Ségonac, nous entendons seulement des préférences ou des exigences et nous constations beaucoup de mystères. »

Au final, « quel est l’intérêt d’avoir un hôpital dans sa communauté de commune ? », se demande le Dr Vernier. « Les taxes professionnelles et foncières ne sont pas dues par les établissements publics de santé. La trésorerie de l’hôpital médian sera à Millau. Il reste le logement privé des personnels, c’est le seul point qui pourrait être attractif. Pour les trois sites, la ville la plus proche est Millau, même si à Beaumescure, ils pourraient habiter dans la plaine littorale, et ça, c’est un avantage. Les maires de Saint-Affrique et Millau seront au conseil de surveillance de cet hôpital… Il ne reste que le prestige. Le seul gros avantage, c’est de montrer à leurs électeurs qu’ils ont le bras plus long que les autres… »

Rappel : les avantages de Beaumescure

Selon ses partisans, Beaumescure est le seul site qui ne s’éloigne pas du Millavois (nord et sud) et donc qui ne perde pas une grande partie de la population qu’il gagne, en se rapprochant du Saint-Affricain.

« Beaumescure est à 21’ de Saint-Affrique et 15’ de Millau par le voie express (qui serait éventuellement créée, NDLR) à partir de Saint-Michel-du-Larzac ou par le viaduc qui est pris en charge pour les ambulances et les malades chroniques. »

Toujours selon eux, Luzençon et Ségonac « négligent le Millavois » : ils sont à 15’ de plus que Beaumescure de Vézins et Séverac, au nord, dont les malades seraient envoyés à Rodez, mais aussi à 15’ de plus de Nant et Cornus, au sud, dont les malades seraient envoyés à la future clinique de Clermont-l’Hérault ou à Montpellier.

Autre avantage pour Beaumescure : le contact de l’échangeur 46 de l’A75 qui met « le CHU de Montpellier en direct » au sud à 55’ (les deux autres sites sont à 1h10’), et au nord la possibilité d’attirer par l’A75 les villages plus près de Montpellier que de Toulouse.

Selon Alain Vernier, les deux présidents de commission médicale des hôpitaux de Millau et Saint-Affrique seraient favorables au site de Beaumescure, mais aussi 45 médecins libéraux du Sud-Aveyron. Mais aussi les maires de quatre communautés de communes sur 7 (Belmont, Saint-Affrique, Cornus et Sévérac) et des élus de tous bords politiques.

Bouton retour en haut de la page
X