OpinionPolitique

Vœux. « Aux belles années à venir »

En cette saison traditionnelle où chacun formule des vœux pour l’année 2022, il nous paraît aujourd’hui essentiel de porter le regard un peu au-delà des 365 jours à venir. Tous les spécialistes s’accordent sur le fait qu’il reste moins de 10 ans pour agir avant que la crise climatique ne devienne irréversible. Nous sommes à la croisée des chemins.

Nous savons ce qui va se produire, nous en voyons déjà les effets. Il est donc venu le temps de l’action. L’engagement dans la transition écologique et sociale est devenu incontournable. Pour notre santé, notre économie, notre territoire, notre cadre de vie, notre sécurité, le plaisir du vivre ensemble, pour la vie tous simplement.

Les solutions existent

Et concrètement, cela se traduit par un système de santé qu’il convient de fortifier au plus près des usagers. Par un soutien sans faille à l’emploi dans nos territoires et aux salariés, comme à la Sam ou à la Bosch. Par une politique énergétique décarbonée et sans nucléaire.

Par le développement des circuits courts et le soutien à une alimentation saine. Par le choix d’une vie plus sobre axée principalement sur la relation aux autres, à ce qui fait de nous des êtres épanouis, pleinement ancrés dans la réalité, parce que reliés à ce qui nous entoure et nous nourrit. Pour demain, nous devons investir dans notre résistance collective aux chocs sociaux, économiques et sanitaires et ériger en biens communs ces fondamentaux qui seront notre avenir : se nourrir, se loger, s’éduquer, vivre en bonne santé dans un environnement sain.

La justice sociale et la justice environnementale sont indissociables

Cette civilisation du bonheur que René Dumont appelait de ses vœux est possible. Les solutions existent, certaines sont déjà expérimentées localement, il suffit de les mettre en œuvre à l’échelle nationale. Pour cela, il est essentiel d’abandonner les visions à court terme et de s’engager dans un chemin peut être long, mais certainement porteur d’optimisme et de belles réalisations.

Avec une gouvernance partagée, une attention portée à la biodiversité, tous les vivants qui font que la terre est encore habitable, nous pouvons réanimer le monde. Parce que la justice sociale et la justice environnementale sont indissociables, nous devons construire des alternatives protectrices et émancipatrices respectueuses de toutes les minorités.

Nous avons l’occasion, en cette année 2022 en votant Yannick Jadot aux présidentielles et pour les candidats écologistes aux législatives de transformer ces vœux en réalité. C’est un formidable défi qui nous est proposé, mais un défi porteur de tant d’espoir qu’il serait dommage de ne pas le saisir et le faire fructifier. Alors, bonnes années à toutes et à tous.

Europe Ecologie Les Verts Aveyron

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Bouton retour en haut de la page
X