ActualitéMillauSaint-LéonsSanté

100 % de grévistes à la Maison d’Accueil Spécialisée de Saint-Léons

En ce jour de grève nationale des « oubliés du Ségur », les salariés de la M.A.S (Maison d’Accueil Spécialisée établissement de la Fondation OPTEO) de Saint-Léons, se sont aussi mobilisés « pour ne pas être oubliés ».

La M.A.S accueille près de 40 adultes polyhandicapés et très vulnérables. Pour assurer leur quotidien, tous services confondus, entre 40 à 50 salariés les accompagnent.

Nous travaillons matins, soirs, nuits, week-ends, jours fériés pour 1300 € par mois. Un salaire qui fait de nous les travailleurs les plus pauvres du secteur »

La M.A.S comptait aujourd’hui 100 % de grévistes, et une vingtaine d’entres eux étaient présents aujourd’hui à Millau. Les revendications étant les suivantes :

« Ce mouvement est une réponse face à la dégradation des conditions de travail, amplifiée par l’explosion de la crise sociale dans le secteur. Nombre de travailleurs sociaux et médico-sociaux éprouvent un sentiment de perte de sens dans l’exercice de leurs missions, qui sont, elles, de plus en plus importantes.

En parallèle, les salaires n’ont pas évolué depuis des années pendant que le pouvoir d’achat diminue un peu plus chaque jour.

LIRE AUSSI -> Millau. « Oubliés du Ségur », les médico-sociaux sont dans la rue

La réponse du Gouvernement, avec le Ségur de la santé attribué en pleine crise au secteur public, n’a fait que renforcer un sentiment d’iniquité et d’injustice dans le secteur privé qui n’avait déjà pas besoin de ça.
Secteur complètement oublié pendant la crise sanitaire aux yeux de tous, secteur pourtant toujours présent auprès des plus vulnérables, hier, aujourd’hui et demain.

Le résultat est sans appel : difficultés de recrutement, perte de salariés compétents qui fuie,t le secteur privé pour le public ou pour un ailleurs, tensions au sein des structures où les salariés attendent du concret après les annonces gouvernementales, craintes de disparités dans l’attribution du Ségur où certaines catégories seraient légitimes et d’autres pas. Une aberration lorsque l’on connait l’importance de chacun dans l’accompagnement et l’organisation autour de l’accompagnement. »

Bouton retour en haut de la page
X