ConférenceMillau

« 150 après, la Commune n’est pas morte, 50 ans après, le souffle « Larzac » est toujours fécond »

Le printemps 1871, au cours duquel Paris, mais aussi Narbonne, Lyon, Saint-Etienne, Marseille, Le Creusot… furent le théâtre d’un soulèvement populaire, visant à donner à la République un caractère social, n’en finit pas de résonner.

DR

Il ensemence toujours les débats de ceux qui pensent que cet héritage doit peser sur les enjeux politiques de notre temps : les réformes sociales envisagées alors restent ancrées dans notre société moderne et l’organisation politique expérimentée par la Commune, si elle était en avance sur son époque, l’est encore sur la nôtre.

A contrario il est aisé de lire dans le quotidien, dans les propos publics et dans certains actes d’autorité, un retour de l’esprit versaillais, comme une affirmation de ceux qui veulent garder leurs privilèges, quoi qu’il en coûte.

Quant au combat des paysans et des habitants du plateau contre l’extension du camp militaire, auquel de nombreux millavois prirent part, il reste une référence pour nombre de luttes d’aujourd’hui : Notre-Dame-des-Landes évidemment, mais aussi Bure (contre le stockage de déchets nucléaires) ou Sivens (opposition à un projet de barrage). Cette lutte, d’abord locale avait pris rapidement une dimension nationale et même mondiale et avait inspiré par exemple les habitants d’Orgosolo, en Sardaigne, confrontés à la volonté de l’Otan d’y créer un polygone de tir.

DR

Bien sûr, avec la Commune, les temporalités diffèrent et les durées d’action aussi. Mais par delà ces discordances apparentes il est des connexions évidentes qui méritent d’être interrogées : la question de la démocratie, la place des femmes dans l’engagement et le rapport violence/non violence.

DR

Samedi 4 décembre à 14h, La Main chaude, les amis millavois de la Commune de Paris et les anciens de Larzac Université vous invitent à une conférence à laquelle participeront :

  • Michèle Audin, écrivaine, fine connaisseuse de la Commune, auteure de plusieurs ouvrages dont « la semaine sanglante » qui vient de paraître.
  • Jacques Frayssenge, historien, conservateur en chef honoraire du patrimoine abordera « l’engagement des Aveyronnais dans la Commune ».
  • Patrice Blanc, ancien de « Larzac Université » et Ami de la Commune de Paris, proposera de faire dialoguer ces deux combats.

A l’issue de la conférence, une séance de dédicace sera assurée par les intervenants.

CREA, Salle de conférence du 1er étage. Entrée libre dans le respect des règles sanitaires en vigueur à la MJC. Participation au chapeau.

Via
Michel Delmouly
Source
La Main Chaude
Bouton retour en haut de la page
X