Actualité

Millau. Les anti-passe sanitaire montent « ouvrir un lit à l’hôpital »

Pendant qu’on courait dans la nature sur le trail des Templiers, les anti-passe sanitaire marchaient pour aller « ouvrir un lit au centre hospitalier de Millau ».

Ils l’avaient annoncé lors du précédent rassemblement, ils « ouvriraient symboliquement un lit au centre hospitalier de Millau ». Chose promise, chose due, le lit est arrivé à bon port au terme d’une marche de deux heures devant l’entrée de l’hôpital millavois escorté, tiré et poussé par environ 70 manifestants.

Millavois.com

Rassemblé à 14h sur la place Foch pour le 14e semaine consécutive, le mouvement des anti-passe portait aujourd’hui « le combat et la voix du personnel soignant, des malades et de la population » pour dénoncer « la politique du gouvernement qui supprime des lits à tour de bras dans les hôpitaux français ».

© Millavois.com

Depuis des années, on ferme des lits en France, plus de 5 000 ont été fermés en 2020 et ils profitent de l’effet pervers de la suspension des soignants qui ne veulent pas se faire injecter pour en fermer d’autres prétextant un manque de personnel ».

Ici à l’hôpital de Millau, c’est le moyen séjour qui a été fermé avant l’été et qui n’a pas été rouvert depuis, ainsi que des lits de médecine ces dernières années. Malgré les ouvertures de lits dans certains services au niveau national, l’équilibre ne se fait pas, et la crise de la covid n’aurait fait qu’accroître le problème « impactant la qualité de l’offre de soin locale ».

© Millavois.com

D’un combat à l’autre

C’est la même raison qui avait poussé certains manifestants à descendre dans la rue au lendemain du déconfinement au mois de mai 2020. Lors de cette manifestation non déclarée, des manifestants avaient été verbalisés par des caméras de vidéo protection donnant ainsi naissance à l’affaire des amendés de mai.

Le prochain rendez-vous au tribunal de Millau dans cette affaire est fixé au 25 novembre à 9h, ce combat sera aussi le leur, « ils soutiendront leur camarade convoqué ». En attendant cette échéance, et pour toutes les raisons qui unissent et au nom de toutes ces luttes citoyennes qui sont les leurs, « ils seront encore là » samedi 30 octobre à 14h place Foch.

Bouton retour en haut de la page
X