Actualité

Millau. Une nouvelle vie pour un commerce de la rue Droite

Le magasin avait fermé ses portes il y a plusieurs décennies et personne n’espérait plus le revoir ouvert un jour. C’est pourtant bien ce qui va arriver. Le local de l’ancienne boucherie Causse, au début de la rue Droite, va reprendre vie grâce à une opération de la Communauté de communes Millau Grands Causses : « La Fabrique à boutiques ».

« La Fabrique à boutiques » vient d’être lancée par la Com’com pour faciliter l’installation de nouveaux commerces dans le centre ancien de Millau. Présentée par Charlie Medeiros, conseiller municipal au commerce et à l’artisanat et Pierre-Henri Cazal, le manager du commerce territorial, elle vise à amener de l’activité dans des commerces vides pour créer une dynamique dans le centre de Millau.

Nous voulons redynamiser le commerce et redonner envie aux consommateurs d’aller en centre-ville et aux commerces de s’y installer ».

Deux premiers pas de porte en location

La Communauté de communes a repéré des cellules vides situées dans le cœur de Millau et nécessitant peu de travaux. Elle a contacté les propriétaires et s’est positionnée comme locataire. Pendant un an, elle les sous-louera aux nouveaux commerçants de proximité avec un bail progressif.

Le porteur de projet payera 25 % du loyer les six premiers mois et 50 % les six mois suivants. Quand on sait que le loyer moyen dans ce secteur pour une surface de 40 à 50 m2 est de 700 €, le coup de pouce n’est pas négligeable.

Le bail avec les nouveaux propriétaires du local de la rue Droite sera signé prochainement et un autre devrait être finalisé un peu plus tard, l’adresse n’est pour l’heure pas connue. À terme et d’ici quelques années, le nombre de cellules louées pourrait atteindre une petite dizaine, le but n’étant pas de les multiplier à l’infini, mais de pérenniser les commerces qui s’y installent.

Une période de test

Cette période à loyers réduits permet au porteur de projet de tester son concept avec un faible loyer. Elle réduit les risques financiers, mais elle offre surtout l’opportunité au nouveau commerçant de bénéficier d’un accompagnement d’au moins un an : aide à l’installation, aux démarches administratives, recherche de fournisseurs…

Cette aide immatérielle sera au moins aussi importante que la contribution financière, car le porteur de projet pourra s’appuyer sur un solide réseau et de multiples compétences au sein de la communauté de commune et au-delà.

Les candidats

Les porteurs de projet ont jusqu’au 1er octobre pour candidater. Les dossiers seront ensuite instruits devant un jury composé d’élus et de techniciens qui sélectionnera les deux meilleurs projets selon des critères définis au préalable et un règlement : compatibilité avec les commerces existants, la capacité à s’adapter et à durer, et bien sûr, le type de projet.

Les candidats qui présenteront des démarches abouties qui suivent les tendances actuelles de consommation responsable et locale pourraient être privilégiées mais rien n’est décidé à ce stade et la sélection se fera aussi en fonction des dossiers présentés.

Cet appel à projets suit le fil rouge de la Communauté de communes en matière de politique de commerce local et de proximité. Il s’ajoute aux initiatives déjà engagées de décoration du centre-ville ou encore l’aide aux commerçants pour rénover leurs façades et leurs vitrines « Renove ma boutique ». Il sera rapidement complété par d’autres mesures en faveur du commerce de proximité et du cœur de ville.

Dans cette même optique de soutien aux commerces, une enveloppe de 15 000 € sera prochainement soumise au vote en conseil communautaire et destinée à soutenir les derniers commerces des villages.

Thierry Perez-Lafont, vice-président de la Com’com chargé du développement économique insiste, « il faut tout faire et tout tenter pour redynamiser le commerce en centre-ville ».

En pratique

Bouton retour en haut de la page
X