MusiqueSaint-Georges-de-Luzençon

27 et 28 août : Fanfares en Fête à Saint-Georges-de-Luzençon

Ce vendredi 27 août, l’Echo des Avens vous donne rendez-vous à 20h30 sur la place de la Fontaine pour le départ d’un charivari qui vous amènera dans une déambulation nocturne et carnavalesque jusqu’au site des JAMS en passant par une sérénade de fanfares dans les jardins de la mairie (sur présentation du passe sanitaire).

Samedi, les JAMS accueilleront le public en musique à partir de 18 heures – toujours sur présentation du passe –, et avec port du masque obligatoire : la fête doit être plus forte que la pandémie et la meilleure façon de narguer le virus est de nous adapter aux contraintes sanitaires. Buvette et restauration possible sur place

Vers 20h débuteront les Joutes de Fanfares proprement dites : chaque formation disposera de 15 minutes pour convaincre le public et le jury qu’elle est digne d’un des prix prestigieux qui seront attribués, sur le thème de « l’Elégance en Fanfares ».

Avec les participations de…

Fanfare Bakchich (Montpellier)

La musique dans la rue, c’est là que s’exprime le mieux cette fanfare. La rue des villes, la rue des villages. Et puis quand même les bistrots (l’apéro c’est sacré oh la !). Du jazz à la java, de la musique languedocienne à la tradition sud-américaine en passant par la chanson et des créations originales, la fanfare BAKCHICH s’adapte à toutes les circonstances, fait plaisir et fait danser…

La Bérézina (Saint-Sever du Moustier)

Au début des années 2000, une poignée d’irréductibles mélomanes ont l’idée de créer un groupe de musique acoustique, mobile, buissonnier. Une fanfare ! A partir de là, une dizaine de néophytes et quelques musiciens post-rock s’initient en semble et se forment à l’école de musique. La Bérézina est née ! Son inspiration vient d’Europe de l’Est, des chansons populaires et traditionnelles pour un voyage de la Russie jusqu’aux Balkans avec des influences klezmer et tsiganes… mais aussi occitanes.

Boutifanfare (Perpignan)

Des musiciens acoustico-déambulatoires qui écument les fêtes, les défilés, les inaugurations, les festivals, les apéros, et dont l’unique prétention est d’avoir un public joyeux, réjoui… et généreux !!

La Fanfarfelue (Perpignan)

Des copains musiciens amateurs issus de toute l’Europe. Certains soufflent, d’autres sont armés de baguettes, ils jouent bardés de costumes roses. Ils caressent tous un rêve commun : faire résonner embouchures, anches, percussions et souba dès qu’une occasion se présente. La musique dans la rue, c’est là que s’exprime le mieux la Fanfarfelue. La rue des villes, la rue des villages… Ils partagent leur joie de jouer avec tous les publics.

La Fanfar’ov (Montpellier)

Pour la première fois dans l’Aveyron, la Fanfare à l’Ouest mais de l’Est des Bozarts, au goût épicé, joue des rythmes provenant des Balkans.

Les Georges du Tarn (Viala-du-Tarn)

La dernière-née des fanfares aveyronnaises est une fanfare de village au groove irrésistible, pulsée par une section rythmique hors pair et portée par des chorus incandescents. A consommer sans modération à l’ombre des gros châtaigniers du Roucous…

Kosmonots (Paris)

La Fanfare KOSMONOT affiche une quantité astronomique d’agapes festives au compteur. Fanfare mythique et reconnue à travers le système solaire, elle est souvent décrite comme l’une des meilleures fanfares intergalactiques. C’est une institution qui fait du bruit, mais pas pour rien : d’interprétations musclées au choix d’un répertoire aiguisé, de concerts de rue en prestations plus officielles, elle perpétue le sens du rire, du groupe et de la démesure. Les Kosmonots se servent frais et sans faux col, justifient des bacchanales grandioses et s’imposent comme une évidente nécessité.

La Fanfare de l’X-trème (de partout et d’ailleurs)

La pire des fanfares, la fanfare des pires, qui ne sort qu’une fois par an dans la nuit des JAMS où elle est née sous la houlette du Professeur Tourne-Sol lui-même. Injouable avant 23h30.

Via
Philippe Monier
Source
Echo des Avens
Bouton retour en haut de la page
X