A la UneCausses et valléesMillau

De la fontaine Saint-Martin à la font del Salze (commune de Millau)

Cette semaine, nous resterons dans un rayon de 5 km autour de Millau et nous nous intéresserons à deux sources, l’une est à peu près oubliée de tous, situé dans la vallée de la Dourbie, dans un tournant avant le Monna, l’autre fait l’objet encore de visites de nombreux randonneurs qui, de passage au Cade sur le Causse Noir, vont en balade à sa rencontre.

Celle qui est oubliée de tous est la Source Saint-Martin plus connue au moyen-âge sous le nom de Fontaine Saint Martin. Jules Artières dans le Messager de Millau du 15 septembre 1906 la situe dans la vallée de la Dourbie, près des ruines du château de Pépissou : « Au bout de la combe de Pépissou, par-dessus les rochers, se trouve une fontaine appelée fontaine de Saint Martin » (acte de 1340).

Le château de Pépissou (27 juillet 2010). (DR)

C’est d’ailleurs cette source qui aurait donné son nom au château et aux terres de Pépissou, d’après Victor de Bonald et Jules Artières. Raymond Robert rejoint cette idée : « ce nom (Pépissou) signifie tout prosaïquement « petit pipi » à l’image du débit de la petite source qui coule au pied du rocher sur lequel repose le château. »

On peut remarquer en haut du ravin de Pépissou qu’après de fortes pluies, un petit ruisseau d’une centaine de mètres se forme, celui-ci rejoint la source proprement dite, bien cachée dans la broussaille et les ronces, entouré d’un mur semi-circulaire ( vraisemblablement aussi ancien que le château qui la domine).

(DR)

La source ici est captée et préservée par une tôle de fer, on entend l’eau couler assez abondamment dans les broussailles quelques mètres plus bas, celle-ci passe ensuite près d’un petit pont en bordure de route, sautant en une cascade pétrifiante. On prétend aussi que cette petite cascade pourrait être issue en partie de la résurgence de la Font del Salze dont nous allons parler.

Le « Petit pipi » qui a donné son nom à Pépissou peut devenir très grand à l’image de cette photo prise en 1943 par Raymond Robert que nous publions, on y voit l’eau sortir en abondance avant de se jeter en cascade à la sortie du ravin de Pépissou. D’autres cascades de ce type toutes autant majestueuses peuvent apparaître au-dessus de la route, après des journées de forte pluie.

La cascade de Pépissous en 1943 © Raymond Robert

Avant de quitter les lieux, approchons-nous des ruines du château. Celles-ci ont toujours attiré le regard des Millavois. Si Albert Jonquet était avec nous, il dirait : « Qui, étant jeune, n’a pas fait l’excursion de Pépissou ? J’avais à peine 10 ans que je grimpais comme un chevreuil pour aller voir ces vieilles ruines du passé. Un de mes amis, un peu plus âgé que moi, y fit une chute qui devait le clouer dans son lit pour le restant de ces jours. » (Mes souvenirs, la vallée de la Dourbie, l’Avenir Millavois, 25 août 1951).

Ce fait nous est rappelé par la presse de l’époque : « Les journaux de Millau racontent qu’il y a quelques jours trois jeunes gens de cette ville, se trouvant en pérégrinations du côté de Massebiau, allèrent visiter les ruines d’un vieux manoir, le château de Pépissou, qui se trouve près de ce village ; arrivés sur le roc où il est bâti, l’un deux, le nommé Albouy, âgé de 18 ans, voulut grimper au sommet d’une muraille ; mais la pierre sur laquelle il croyait avoir sûrement placé ses pieds s’étant désagrégée, le malheureux touriste roula dans le ravin, où il fut précipité d’une hauteur de 4 mètres. Il a reçu dans sa chute de fortes contusions à la cuisse et s’est cassé sept dents. Transporté par ses deux camarades au village de Massebiau, il a été conduit en voiture jusqu’à son domicile à Millau, rue Solignac. On espère que cet accident n’aura pas de suites fâcheuses. » (Courrier repris dans l’Auvergnat de Paris, 15 avril 1888).

Prenons de la hauteur et partons en direction du Causse Noir.

La Font del Salze (la fontaine du saule) que l’on confond souvent avec celle de Saint-Martin, naît au pied d’une grande falaise, en contrebas de la ferme du Cade, en bordure sud du causse Noir. La fontaine est mentionnée sous le nom de fontaine del Salses sur le cadastre de 1830, un peu à l’écart du chemin conduisant à Massebiau, dans la vallée de la Dourbie.

La font del Salze (17 juillet 2017). (DR)

Salze en français veut dire Saule. Cet arbre qui vit au bord de l’eau est bien là pour indiquer une source du causse qui sort du roc, et qui est recueillie dans quatre « nauquets » (pises) disposées en gradins, et dans un grand bassin quadrangulaire maçonné, de faibles dimensions. Celui-ci sert pour avoir une réserve d’eau en cas d’incendie.

(DR)

Un sentier de randonnée, balisé et entretenu par l’association Lo Bartàs dessert ce site. Source captée et pérenne, appelée aussi Exurgence de font del Piboul ou Fontaine Saint-Martin II (spéléo Causse Noir, t.1, 1976). Son débit est peu important, mais il est très régulier, même en plein été.

Marc Parguel

Bouton retour en haut de la page
X