ActualitéOpinion

Millau. « Mais qu’est-ce qu’ils font donc dans cette Maison du Peuple ? »

« Tout d’abord, faisons état de la réalité : le port du masque est obligatoire ! Il y a du gel hydroalcoolique à l’entrée et, lors des réunions où chacun se tient à 1,50 m de distance, chaque participant a pris soin d’indiquer ses noms et téléphone à l’entrée.

Ceci étant établi, non, les intermittents du spectacle n’ont pas pris en otage les salariés du théâtre ! On y trouve là des salariés respectueux du lieu dans lequel comédiens et techniciens travaillent régulièrement ou de temps en temps. Et si vous vous demandez pourquoi des salariés du spectacle en sont venus à « occuper » le théâtre, à Millau comme dans 72 autres en France, la réponse est simple : 80 % d’entre sont menacés si l’année blanche n’est pas reconduite. Alors, ça urge, il y a le feu…

Dans le même temps, comme déjà depuis de nombreuses années, les intermittents en lutte, défendent aussi les droits de tous les salariés « intermittents » de l’emploi et du travail, c’est-à-dire pour tous les salariés qui cumulent emploi court et période de chômage.

Est-ce à dire que les Intermittents du spectacle sont plus menacés que d’autres salariés étant donné qu’ils sont toujours « en train de se mobiliser » ? Non. Tous les salariés sont menacés dans leur droit si la réforme de l’assurance chômage entre en applications le 1er juillet prochain.

Ce que nous demandons :

Le mouvement pour le retrait de la réforme de l’assurance chômage, qui va entrer dans sa quatrième semaine d’occupation au théâtre de l’Odéon à Paris concerne tous les précaires et intermittents de l’emploi :

– la réforme de l’assurance chômage va plonger 800 000 personnes supplémentaires dans la grande précarité.

– l’année blanche, si elle n’est pas renouvelée va concerner un bon nombre d’intermittents du spectacle qui ne pourront plus renouveler leurs droits. Si elle n’est pas étendue à l’ensemble des travailleurs à emplois discontinus, celles-ci, ceux-ci s’enfonceront dans la misère.

– si les règles d’accès aux congés maternité et maladie ne sont pas adaptées à la situation de manque d’activités professionnelles, des femmes enceintes et des malades devront continuer de vivre sans ressource.

Le mouvement est ouvert à tous au théâtre de la Maison du Peuple occupé. Assemblée générale tous les jours à 13 h. N’hésitez pas à les rejoindre, à nous rejoindre ».

Alain Bellebouche

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Millavois.com.
Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Bouton retour en haut de la page
X